Vers un encadrement du travail des ONG

Publié
8 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
334 views
Time to
read
1’

PORT-AU-PRINCE, Haïti - Trop d'organisations caritatives étrangères travaillent en Haïti sans supervision, et celles-ci doivent fournir plus d'informations sur leurs activités afin que le gouvernement puisse mieux gérer la reconstruction post-séisme, a déclaré le premier ministre haïtien jeudi.
Les organisations non gouvernementales (ONG) étrangères accourues en Haïti après le séisme dévastateur de 2010 proposent souvent des services déjà fournis par le gouvernement, ou lui livrent concurrence pour obtenir des fonds internationaux, a déploré le premier ministre Jean-Max Bellerive.
Lors d'une conférence de presse à Port-au-Prince pour discuter des façons d'accélérer l'effort de reconstruction, M. Bellerive a déclaré qu'Haïti avait besoin des organisations étrangères, mais que le gouvernement devait savoir combien d'argent elles reçoivent, et de quelle source.
Il y a environ 10 000 organisations humanitaires à l'oeuvre en Haïti, à un point tel que le pays a déjà été baptisé «République des ONG», même avant le séisme. Les responsables haïtiens critiquent depuis longtemps les organisations étrangères offrant des salaires élevés qui détournent des gens compétents des emplois gouvernementaux.
Les ONG étrangères fournissent plusieurs services essentiels en Haïti, notamment des traitements médicaux et un accès à l'école pour des centaines de milliers d'Haïtiens qui ne pourraient en bénéficier autrement. Certains travailleurs humanitaires sont peu disposés à travailler avec le gouvernement, que plusieurs estiment corrompu et inefficace.
M. Bellerive a affirmé que le gouvernement travaillait sur des projets de loi visant à forcer les organisations étrangères à s'enregistrer et à fournir plus d'informations sur leurs activités et leur financement.
«Nous avons des procédures à proposer, qui pourraient être mises en place pour mieux les contrôler», a dit le premier ministre.
M. Bellerive, qui copréside la Commission intérimaire pour la reconstruction d'Haïti avec l'ancien président américain Bill Clinton, termine son mandat de premier ministre le 14 mai, quand le nouveau président entrera en poste.
Michel Martelly, qui a été élu président selon les résultats préliminaires diffusés lundi, a déclaré durant la campagne qu'il soutenait les efforts visant à exiger plus de responsabilité des organisations étrangères.
M. Bellerive a rencontré en privé, mercredi, les conseillers de M. Martelly. Le premier ministre a indiqué qu'ils avaient discuté de la prochaine saison des ouragans, attendue bientôt, des projets visant à améliorer l'éducation et du rôle des ONG en Haïti.
M. Bellerive a repoussé la question d'un journaliste qui lui a demandé s'il pourrait assumer de nouveau le rôle de premier ministre sous la présidence de Michel Martelly.
Source: La Presse Canadienne

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 8 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 9 mois ago