Dépouiller les urnes à la lueur des bougies

Publié
8 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
342 views
Time to
read
1’

Port-au-Prince vient de vivre pour la première fois un second tour d'élections présidentielle et législatives. Les électeurs sont déjà rentrés chez eux. La nuit tombe lentement sur le marché du Canapé-Vert adossé au pied de l'ancienne résidence du président René Préval. Les employés des BV ont déjà entamé l'opération de décompte des bulletins de vote dans ce centre qui regroupe 23 bureaux. L'électricité fait des siennes. Elle vient et s'en va. Un électricien improvisé, de temps en temps, rétablit le contact de l'électricité. Une bonne vingtaine de minutes plus tard, l'Electricité d'Etat d'Haïti reprend définitivement le courant. Observateurs, mandataires, force de l'ordre, journalistes sont aux aguets. Les gens ne sont pas des chauves-souris, ils voient difficilement la nuit. A la lueur des bougies, ils reprennent le décompte. Les membres des bureaux qui n'avaient pas reçu des torches électriques trouvent une belle occasion d'évoquer cette irrégularité du Conseil électoral. Dans le lot de matériel à délivrer aux centres de vote, il était aussi prévu des torches électriques. Jouer avec des allumettes Quelques bureaux qui avaient reçu ce matériel l'allument et reprennent l'exercice. Ceux qui en étaient dépourvus se remettent aux bougies. La machine électorale ne devrait pas jouer avec des allumettes. Un bulletin, ça s'enflamme ! pensent les plus réfléchis. L'obscurité prête le flanc à tout prétexte. Un jeune mandataire demande à l'équipe d'un BV de recompter les voix. Plaintes, protestations. « Il est tard, nous devons rentrer chez nous », dit l'un d'eux. Au milieu de ce flot de contestations, un policier s'amène et dit tout de go : « Ma fout nou tout anba minòt ! », propos accueillis comme une douche froide. « C'est son droit de protester, de demander un nouveau décompte », tempère un membre du BIV. Alors que tous les bureaux ont terminé l'exercice, ces jeunes reprennent le procesus, sous l'oeil amusé du mandataire. Des journalistes de station de radio recueillent de BV en BV les résultats de vote de la journée et s'apprêtent à diffuser ces informations sur les ondes. Ils disent que la tendance de la journée s'est confirmée au marché du Canapé-Vert. Dans ce centre de vote, les électeurs ont mis leur bulletin dans des urnes placées sur des tables destinées aux marchandises. Le vote, en grande partie, n'était pas confidentiel sur ces tables de marché. Les isoloirs de fortune ne dressaient pas de frontière dans l'espace délimité pour voter. Par-dessus le marché, les gens somnolaient, s'asseyaient sur ces tables ou discutaient avec le votant. Chacun pouvait voir le choix de l'autre dans ces bureaux de vote placés au coeur d'un marché !Claude Bernard Sérant [email protected]  Source: Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 7 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago