Poursuite de la campagne de Michel Joseph Martelly (Repons Peyizan) dans la Grand’Anse et le Sud

Publié
8 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
252 views
Time to
read
2’

La campagne du candidat à la présidence Michel Joseph Martelly alias « Sweet Micky » (Repons Peyizan) s’est poursuivie le week-end écoulé dans certaines villes de l’Ouest, de la Grand’Anse (Sud-Ouest) et du Sud, réunissant à chaque fois plusieurs milliers de personnes dans une ambiance festive.
Dans la ville des Cayes (Sud) où il compte de nombreux partisans et sympathisants, le candidat, dont le discours était retransmis en temps réel sur Facebook, a repris les thèmes développés et formulé les mêmes promesses tenues partout où il a déjà organisé des rassemblements publics. Il s’agit de l’école gratuite à la fin de son éventuel mandat de 5 ans ; de la création d’écoles professionnelles ; de la décentralisation ; de la relance de la production agricole avec la création de centres d’achat publics des produits agricoles et d’une banque de crédit agricole ; de l’assurance médicale pour tous ; de la création d’emplois ; du rétablissement de l’ordre et de l’autorité de l’Etat.
A ce tableau de priorités, le candidat a ajouté l’électrification, l’eau potable, l’Internet, la construction de ports et d’aéroports dans le Sud sur la base de contrats de concession à conclure avec des firmes internationales spécialisées.
Sur un autre plan, Martelly a mis ses partisans en garde contre une éventuelle tentative d’ennemis qu’il n’a pas clairement identifiés de lui faire échec lors du scrutin du 20 mars, « comme ce fut le cas lors du premier tour des législatives et présidentielles du 28 novembre 2010 », déclare-t-il. Remerciant les gens pour leur mobilisation contre sa mise à l’écart lors du 1er tour au profit du candidat officiel Jude Célestin, Martelly les a appelés à être sur la même position au second, la cause étant, dit-il, prioritairement la leur et non la sienne. « Vote ! Veye ! », leur a-t-il lancé en créole, reprenant ainsi le mot d’ordre qu’il a déjà lancé ailleurs pour que les gens restent dans les rues après avoir voté.
Mettant en exergue le rôle de la population dans son maintien dans la course et l’invitant à se mobiliser davantage en sa faveur, il a salué la mémoire de ceux qui ont été tués et d’autres qui s’en sont sortis avec des dommages dans la métropole du Sud particulièrement, lors de la mobilisation déclenchée en sa faveur après son éviction par le Conseil Electoral Provisoire (CEP), le 7 décembre 2010. La ville des Cayes avait connu à l’occasion des heures sombres au cours desquelles des bâtiments publics, le local d’au moins une station de radio et des commerces appartenant à des partisans réels ou supposés du parti officiel INITE avaient été saccagés, pillés et/ou incendiés.
Dénonçant les diatribes dont il dit être l’objet de la part du camp adverse, Martelly-Sweet Micky a joué la carte de la franchise en reconnaissant avoir eu l’habitude de lancer des propos obscènes et s’être livré à des gestes indécents. Après avoir sollicité et obtenu l’approbation du public que de tels faits sont connus de tous, il s’est alors insurgé de ce que, à son avis, la campagne de sa rivale du Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP), Mirlande Hyppolite Manigat, ne se limite qu’à dénoncer ses travers.
Le candidat a enfin invité le public à assister au prochain débat public qu’il aura avec Mme Manigat à l’initiative du Groupe d’Intervention en Affaires Publiques (GIAP).
La candidate à la présidence du RDNP qui avait entrepris une tournée électorale dans la diaspora haïtienne à Montréal (Canada) et à Miami (Etats-Unis) devait regagner Port-au-Prince lundi. Ses prochaines étapes pourraient être de nouveau le Nord et, par la suite, le Nord-Ouest, apprend-on de source proche de son staff de campagne. [jmd/Radio Kiskeya]

 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 4 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 5 mois ago