Le president du CEP et son directeur genéral devraient être entendus cette semaine

Publié
8 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
207 views
Time to
read
1’

Port-au-Prince, le 28 février 2011 – (AHP) -L'’avocat du candidat à la présidence de l'organisation politique Lavni(L'avenir) Me Newton Saint-Juste, a indiqué vendredi que le président du Conseil Electoral Provisoire (CEP), Gaillot Dorsainvil et le directeur général de l’institution électorale Pierre-Louis Opont devraient répondre cete semaine  aux questions du commissaire du gouvernement de Port-au-Prince.MM Dorsainvil et Opont font l’objet d’une plainte conjointe déposée par les candidats Jean-Henry Céant (Renmen Ayiti) et Yves Cristalin (LAVNI, avenir en créole) pour « violation de leurs droits politiques ».Les deux hommes devraient être invités à  dire où ils ont trouvé le document qu'ils ont donné à lire le 3 février dernier au porte-paole e l'Institution électorale, Richardson Dumesle.Me Saint-Juste a fait savoir que les plaignants ont déposé un document de 11 pages au parquet de Port-au-Prince, a l’appréciation du commissaire du gouvernement,  pour faire état de ces violations. Il a redit que les résultats tels que publiés le 3 février dernier l’ont été sous pression et de ce fait, sujets a caution.De plus, a-t-il ajouté , nul ne peut dire officiellement quel candidat aurait la possibilité de remplacer un des deux candidats a la présidence encore en lice en cas de force majeure.Par ailleurs, Me Saint-Juste souligne que le conseiller électoralet  le DG de l’institution sont bel et bien justiciables par-devant les tribunaux ordinaires comme l’ont été avant eux l’ex-président du CEP Max Mathurin et plus recement  le conseiller démissionnaire Jean Enel Désir.Ce dernier, rappelle-t-il, a  répondu aux questions du commissaire du gouvernement de Port-au-Prince après avoir été accusé de fraude.D’ailleurs, rappelle-t-il, M. Désir a avoué en partie les faits qui lui ont été reprochés. Le dossier n’a pas été transmis au cabinet d’instruction car le conseiller était malade.Me Saint-Juste a précisé que les privilèges de juridictions accordés par la constitution haïtienne ne sont applicables qu’aux conseillers électoraux permanents.En ce qui concerne l’organisation du second tour du scrutin, Me Saint-Juste a fait savoir que les conseillers électoraux qu’il qualifie de corrompus et d’incompétents ne pourront nullement organiser de bonnes élections dans le pays.Ils seront toujours soumis aux diktats de l’organisation des Etats Américains (OEA) et aux  pressions de certaines ambassades pour livrer les verdicts, a-t-il indiqué, ajoutant que la solution réáliste, reste l’annulation de ce qu’il appelle la mascarade du 28 novembre 2010.

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 3 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 4 mois ago