Mandat d'amener décerné contre le Porte Parole du CEP après avoir boudé deux convocations du Parquet

Publié
8 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
368 views
Time to
read
2’

Port-au-Prince, le 10 février 2011 – (AHP)-  Le porte-parole du conseil Electoral Provisoire (CEP), Richardson Dumesle, a finalement répondu jeudi aux questions du gouvernement de Port-au-Prince, suite a une plainte portée contre lui par les candidats à la présidence Jean Henry Céant et Yves Cristalin pour qu'il s’explique sur l’origine du document dont il a donné lecture le 3 février dernier et presenté comme les résultats  définitifs du premier tour du scrutin du 28 novembre 2010  Peu auparavant, un mandat d’amener avait été decerné contre lui,  après qu’il eut boudé deux invitations du chef du Parquet Aricidas Auguste. L'exécution du mandat n'a pas été nécessaire, l‘intéressé s'étant décidé de se soumettre à la loi, au moment même où des agents de la ploice nationale arrivaient au local du CEP à Pétion-Ville, accompagnés du juge de paix de la commune. Cependant, le porte-parole s'est quand même présenté au Parquet sans les preuves réclamées par les candidats Céant et Cristalin.Selon des sources proches du CEP, l'argumentation qui devrait accompagner la déclaration du 3 fevrier n'existerait pas. Le commissaire du gouvernement a fait savoir que le porte-parole du CEP devra revenir lundi au Parquet avec les documents que souhaitent vérifier les candidats plaignants qui se sont estimes lésés,  du fait que les décisions du bureau du contentieux electoral national (BCEN) n’ont pas été publiées, contrairement aux prescrits de la loi électorale,  L’avocat de M. Dumesle, Me Stanley Gaston a, de son coté, fait savoir que les candidats qui ont porté plainte contre son client se sont trompés d’adresse, soulignant que M. Dumesle faisait tout simplement office de porte-parole. Richard Dumesle avait lui-même recemment  fait savoir qu'il n'a fait que donner lecture d'un document à lui confié par le CEP. Le bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, avocat du candidat Martelly (grand bénéficiaire des résultats annoncés le 3 fevrier), a expliqué sa présence au Parquet par le fait que M Dumesle est un avocat régulièrement inscrit au barreau de Port-au-Prince. Me Charles a indiqué que les conseillers électoraux ne l’ont pas désavoué puisqu’ils savent que ce sont eux qui lui avaient donné  à lire le document incriminé. L'ancien président du CEP de 2006, Max Mathurin a indiqué pour sa part que  les résultats tels que publiés le 3 février dernier ne revêtent pas encore un caractère officiel car les décisions du BCEN ne sont pas affichées. De plus, a-t-il rappelé, le document lu par M. Dumesle n’est paraphé que par la moitie des conseillers ce qui, dit-il, est contraire aux règlements intérieurs de l’institution électorale. Il faut, dit M Mathurin, trouver une solution pour proclamer officiellement, en bonne et due forme, les résultats du premier tour du scrutin dans la perspective de l’organisation du second tour. Il a cependant estimé que la publication des résultats officiels dans le journal Le Moniteur, n’est pas nécessaire  avant le 2e tour car, les nouveaux élus ne pourront prêter serment qu’une fois le processus bouclé.Un avis que ne partage pas Me Newton Sant-Juste, avocat de l'organisation politique Lavni (L'avenir), estimant que chacun des résultats doit être publié séparément, car ajoute-t-il, la publication des résulats du premier tour n'aurait plus aucune importance à la fin du processus.C'est dit-il, la reconnaissance officielle des résultats du premier tour qui doit conditionner  la convocation du peuple en ses commices et l'organisation du second tour

// --> // -->

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 9 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 9 mois ago