Manigat et Martelly seraient au second tour et Célestin out

Publié
9 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
393 views
Time to
read
1’

Plusieurs organisations de la société civile haïtienne impliquées dans l’observation des élections du 28 novembre ont dévoilé lundi des estimations basées sur le décompte de près de quinze pour cent des bureaux de vote prévoyant l’élimination du candidat officiel, Jude Célestin, au profit de ses rivaux Mirlande Manigat et Michel Martelly appelés à s’affronter dans un éventuel second tour alors que dans l’attente des résultats officiels d’intenses rumeurs circulaient sur l’issue des présidentielles.
Le CNO, l’ISC et le CONHANE, qui figurent parmi ces organisations appuyées par l’Union européenne, affirment que selon les résultats partiels des procès-verbaux en leur possession pour 1.600 des 11.000 bureaux de vote et représentant un échantillon de 200.000 électeurs, Mirlande Manigat du Rassemblement des démocrates nationaux progressistes (RDNP) arriverait en tête avec 30% des voix exprimées.
La constitutionnaliste devance le chanteur populaire Michel Martelly dit "Sweet Micky" (Repons Peyizan) qui recueillerait 25% et Jude Célestin, le représentant de INITE, 20% des voix.
En quatrième position avec 8%, se trouverait le notaire Jean Henry Céant (Renmen Ayiti), un des douze candidats à la Présidence réclamant l’annulation du scrutin pour fraudes massives et qui ont réuni plusieurs milliers de personnes lors d’une nouvelle manifestation, dimanche à Port-au-Prince.
Ces projections des observateurs nationaux contrastent fortement avec des rumeurs persistantes qui circulaient lundi soir dans différents milieux, certaines allant jusqu’à avancer le scénario improbable d’une victoire dès le premier tour.
Intervenant lors d’une conférence de presse, Noël Laguerre, directeur exécutif du Conseil national d’observation (CNO), Rosny Desroches, responsable de l’Initiative de la société civile (ISC) et Edouard Paultre, coordonnateur du Conseil national des acteurs non-étatiques (CONHANE) ont chiffré à 42% le taux de participation de l’électorat sur 1.400 bureaux de vote répertoriés à travers le pays.
De graves irrégularités ont été également relevées avec des statistiques parlantes. 41,7% des mandataires ont été surpris en train d’orienter les choix des électeurs en faveur des candidats de leur parti, le secret du vote a été violé à 82,6% dans 1.900 bureaux visités. Ces données vérifiées ont été recueilies grâce au déploiement de 5.525 observateurs, assure M. Laguerre.
Evitant de se prononcer sur l’appel à l’annulation des élections lancé par des candidats à la magistrature suprême, le CNO invite les différents acteurs concernés à trouver une solution commune et note au passage que beaucoup d’électeurs s’étaient rendus aux urnes pour les présidentielles et législatives du 28 novembre.
Le professeur Rosny Desroches soutient, pour sa part, que 84 des 1.500 centres de vote étaient confrontés à de sérieux problèmes comme l’impossibillité pour de nombreux électeurs de retrouver leurs noms sur les listes électorales et des actes de violence ayant émaillé le déroulement du scrutin.
Sur la sellette depuis une semaine, le Conseil électoral provisoire était très attendu à l’approche de la publication prévue mardi au plus tard des résultats préliminaires d’élections d’ores et déjà contestées. spp/Radio Kiskeya

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 7 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago