L'aide financière se fait attendre en Haïti

Publié
9 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
486 views
Time to
read
1’

L'aide financière réclamée par les Nations unies pour lutter contre l'épidémie de choléra qui sévit en Haïti n'arrive pas assez rapidement et ne suffit pas aux besoins criants sur le terrain, a prévenu mardi la porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA), Elisabeth Byrs.
Selon l'ONU, le financement de la lutte contre le choléra est beaucoup trop faible et des fonds doivent être envoyés d'urgence dans le pays dévasté par un tremblement de terre en janvier dernier et aujourd'hui aux prises avec des milliers de cas de choléra.
Il y a dix jours, les Nations unies avaient lancé un appel à la communauté internationale pour recueillir les 164 millions de dollars nécessaires pour faire face à l'épidémie de choléra dans le pays. Or, seulement 6,8 millions de dollars ont été recueillis jusqu'à maintenant, déplore l'organisation.
« Le financement est beaucoup trop faible. C'est une situation d'extrême urgence, une question d'heures. L'épidémie n'attend pas et continue d'évoluer », a prévenu Mme Byrs.
Les sommes demandées serviront entre autres à réapprovisionner les stocks de matériel et de médicaments et aussi à relayer le personnel médical épuisé. Il faut en moyenne 130 personnes pour s'occuper d'un centre de traitement du choléra de cent lits, a expliqué la porte-parole de l'OCHA.  
Pendant ce temps, l'épidémie progresse en Haïti, où près de 23 400 personnes atteintes du choléra ont été hospitalisées depuis la mi-octobre. Au moins 1344 sont mortes des suites de la maladie.
L'ONU à la défense de ses Casques bleus

Photo: AFP/HECTOR RETAMAL
L'un des nombreux manifestants à Port-au-Prince.

Par ailleurs, les Nations unies ont rejeté mardi une fois de plus les allégations qui circulent en Haïti et qui attribuent à des Casques bleus népalais l'entrée du choléra dans le pays.
L'ONU a également refusé de retirer ses soldats du pays, et ce, en dépit des manifestations et de l'hostilité grandissante de la population locale à leur égard.
Une rumeur persistante fait croire que ce sont des soldats de l'ONU népalais qui ont déversé leurs eaux usées dans des cours d'eau, ce qui a causé l'épidémie.

Radio-Canada.ca avecAgence France Presse

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 7 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago