Choléra: des heurts éclatent en Haïti entre casques bleus et manifestants

Publié
8 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
423 views
Time to
read
2’

PORT-AU-PRINCE — Des heurts ont éclaté lundi en Haïti entre casques bleus et manifestants en colère contre la mission de l'ONU dans le pays et la gestion du choléra par les autorités, faisant plusieurs blessés, tandis que l'ONU avertissait que l'épidémie pourrait "durer des années".
A Cap-Haïtien, dans le nord du pays, "14 personnes ont été blessées par balles, dont deux sont dans un état grave", a indiqué à l'AFP une source policière.
"Nous avons reçu une dizaine de blessés par balles, ce sont des blessés légers", a déclaré de son côté le Dr Yves Jasmin, directeur départemental du ministère de la Santé, joint par téléphone.
Il a ajouté que d'autres personnes avaient été "blessées lors de chutes dans la panique" et transportées à l'hôpital Justinien de Cap-Haïtien, ville située à près de 300 km au nord de la capitale Port-au-Prince, où des radios faisaient état d'une quinzaine de personnes blessées par balles.
Dans l'immédiat, il était impossible de déterminer l'origine des tirs mais la police a nié en être l'auteur. "Nous n'avons pas tiré", a affirmé le directeur départemental de la police, Joany Canéus. "Nous sommes intervenus pour disperser la manifestation".
Les casques bleus ont fait usage de grenades lacrymogènes, qui ont également fait des blessés, a déclaré à l'AFP Vicenzo Pugliese, porte-parole de la mission de l'ONU en Haïti (Minustah).
Les manifestants ont mis le feu à un commissariat et des véhicules qui se trouvaient à l'intérieur ont été incendiés, a indiqué la police.
Les écoles étaient fermées à Cap-Haïtien où certains parents refusent d'y envoyer leurs enfants de peur qu'ils soient contaminés par le choléra. Plus de 200 personnes en sont décédées dans le nord du pays, dont une centaine à Cap-Haïtien, selon un responsable local du ministère de la Santé.
Des casques bleus népalais en Haïti, accusés par une partie de la population d'avoir propagé l'épidémie de choléra, ont par ailleurs été la cible de jets de pierre lors d'une manifestation à Hinch (centre).
"Environ 400 personnes se sont rassemblées devant le bureau de l'ONU, mais la manifestation a été dispersée sans trop de difficulté", a dit M. Pugliese.
Fin octobre, un centre de traitement du choléra de Médecins sans Frontières à Saint-Marc (centre) avait été attaqué par des manifestants qui redoutaient une propagation de l'épidémie. Aucun blessé grave n'avait été déploré.
Ces heurts interviennent à un peu moins de deux semaines d'élections législatives et présidentielle cruciales pour le pays, le 28 novembre.
Le coordonnateur de l'action humanitaire des Nations unies en Haïti, Nigel Fisher, a indiqué lundi à l'AFP que l'épidémie allait "certainement durer des mois". "Lorsqu'on observe l'évolution d'autres épidémies, cela pourrait même durer des années. Ici, en Haïti, nous sommes en terre inconnue".
Il a toutefois précisé qu'il n'était pas inhabituel que des centaines de milliers de personnes soient touchées lors de telles épidémies, mais que beaucoup seraient des cas légers.
"Nous avons des cas" de choléra dans les dix départements que compte le pays, a-t-il aussi relevé depuis Haïti.
Vendredi, l'ONU a lancé un appel de fonds d'urgence de 163,8 millions de dollars pour "éviter d'être dépassée" par la maladie.
Dimanche, les autorités avaient révélé que 917 personnes étaient décédées depuis la mi-octobre. En outre, il y a eu 14.642 hospitalisations.
La maladie continue aussi de progresser à Port-au-Prince, avec 27 morts recensés. Les autorités redoutent que l'épidémie n'atteigne les camps insalubres où s'entassent des milliers de réfugiés depuis le séisme du 12 janvier.

Copyright © 2010 AFP. Tous droits réservés. Plus »

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 5 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 6 mois ago