Monseigneur Guire Poulard est mort

Publié
7 mois ago
Dernière mise à jour
7 mois ago
4343 views
Time to
read
6’

Guire Poulard

Monseigneur Guire Poulard, archevêque émérite de l’archidiocèse de Port-au-Prince, est décédé le 9 décembre à l’hôpital Saint-François de Sales à l’âge de 76 ans. Le prélat a succombé à un cancer du pancréas, une maladie qu’il a courageusement supportée depuis plusieurs années. Son départ laisse en émoi toute une église.

« La Conférence épiscopale d’Haïti (CEH) annonce avec beaucoup de peine la triste nouvelle du décès de Monseigneur Guire Poulard, archevêque émérite de l’archidiocèse de Port-au-Prince, survenu le dimanche 9 décembre à 11h00 du soir. En cette pénible circonstance, les évêques invitent la communauté catholique du pays à s’unir à eux et aux parents du regretté Mgr Poulard pour prier pour le repos de son âme. Qu’il repose en paix auprès de son Dieu ! », a annoncé lundi l’assemblée des évêques haïtien dans un communiqué.

Le 10e archevêque du siège métropolitain de Port-au-Prince a rendu l’âme à l’âge de 76 ans. Un homme simple, sympathique infatigable, rude travailleur, un bon Haïtien, un vrai patriote mais surtout un bon pasteur… Les qualificatifs ne manquent pas pour décrire Mgr Poulard de son vivant. C’était un serviteur, quelqu’un qui a consenti d’énormes efforts pour l’avancement de l’église en Haïti, a témoigné l’archevêque métropolitain de Port-au-Prince, Mgr Max Leroy Mésidor.

Il était la figure engagée de l’église catholique. Franc-parleur, il crachait toute crue la vérité sans détour. On le connait pour ses prises de position politique musclées à l’encontre de Jean-Bertrand Aristide, avant l’émergence du mouvement GNB et la chute du président Lavalas en 2004. Sous la présidence de Martelly, il n’a jamais raté l’occasion de dénoncer la corruption, les inégalités criantes ainsi que le gaspillage des ressources publiques. Ses homélies étaient toujours axées, entre autres, sur la culture de l’amour du prochain, de Dieu, du partage, de l'état de droit.

Selon Mgr Dumas, «Mgr Guire Poulard était un Pasteur au grand coeur, un homme simple et complètement engagé. C'était un homme de grande charité pastorale et de profondes convictions. Il sut en des moments particulièrement graves et périlleux de la vie de la Nation, apporter sa contribution precieuse à la construction de la démocratie en donnant de la voix aux sans voix et en se mettant du côté des plus faibles, des paysans oubliés, des crucifiés de l'histoire, des blessés de la vie et des plus vulnérables. Il fut un gardien indispensable des acquis démocratiques du pays et des libertés individuelles, civiles et religieuses.

Mgr Poulard était un visionnaire emblématique au dessus des parties qui savait soulever la belle espérance humaine pour ses frères et soeurs de la Patrie commune. Prophète-sentinelle toujours sur la brèche, Mgr Poulard était toujours prêt à donner raison de sa foi, à Ouinterpeler les consciences en dénonçant de manière charismatique les structures sociales de péché et de corruption et en annonçant l'évangile comme force transformatrice de changement et de libération spirituelle, sociale et communautaire.

L'Église a perdu en lui un Père, un Frère, un Pasteur, un Fils, un grand Évêque, un homme aux grandes vertus héroïques. A la société haitienne de son côté vient à manquer un grand et digne fils du terroir, un homme de caractère imprégné de vertus provinciales profondes et de grandes valeurs de l'Haïti éternelle.

Avec son départ, c'est un mapou national qui est tombé et un baobab qui est parti. Cest l'homme des moringhae, des paons, des pintades sauvages, c'est l'ami de la faune et de la flore qui nous a laissés. C'est un allié inconditionnel de la grande bataille écologique pour une Haiti verte, belle, réconciliée avec son environnement et fraternellement intégrée et inclusive que nous avons perdu. Il rêvait en effet une Église verte dans un pays vert et il exhortait il y a une semaine les Évêques de la Conférence Épiscopale accourus à son chevet à prendre soin de la Terre du Bon Dieu, à valoriser d'avantage les espaces verts de l'Église et du pays, à devenir de vrais gardiens de la création et à travailler pour la réconciliation des haïtiens entre eux et avec la Terre d'HAÏTI.

«En lui rendant aujourd'hui cet hommage qui se veut un acte de reconnaissance et d'engagement à garder vivant son héritage et son éloquent et prophetique témoignage de vie, je m'incline devant sa mémoire en invitant la Nation à marcher sur le chemin sur le quel il à marché afin de porter à son accomplissement son rêve de voir naître cette Haiti verte et belle, cette Haïti d'espérance, fidèle à sa vocation et à sa mission historique d'etre gardienne de liberté, d'égalité et d'intégration fraternelle! Que les nouvelles générations trouvent en lui un modèle, un point de repère et une référence sûre! Que la mémoire indélébile de cet illustre personnage de foi et de guide serviteur reste gravée dans nos coeurs! Paix à son âme !», a exprimé Mgr Dumas.

«Ce qui a toujours frappé mon attention, c’est la manière avec laquelle il se mettait toujours proche des autres. Il aimait tout le monde sans distinction », a témoigné Alex Fils, joint par le journal lundi après-midi.

« Mgr Poulard était très proche des gens et de la nature. Il cultivait la terre, élevait des poules, des pintades, des oies... Il était très sensible. C’est pourquoi il avait certains problèmes avec les gouvernements quand ces derniers ne se mettaient pas au service du droit ni au service des plus pauvres. Cela le mettait toujours en colère », a relaté le secrétaire de la Conférence épiscopale, le père Omi Loudger Mazile, faisant savoir qu’avant sa mort, Mgr Poulard a demandé de continuer ses œuvres.

« Poulard fut, toute sa vie, un chrétien engagé en faveur des plus pauvres, de l’État de droit, un humaniste et un défenseur de l’Église », a déclaré Jean-Henry Céant dans un communiqué émanant de la Primature.

Profitant de l’occasion pour présenter ses sincères condoléances à la famille et aux proches du défunt, aux fidèles de l’archidiocèse de Port-au-Prince et à l’Église catholique, le chef du gouvernement a dressé du défunt le portrait d’un serviteur de Dieu exemplaire, « distingué par sa conviction, son action et sa parole en faveur de l’Église et de son pays Haïti. »

Dans un communiqué, l’ancien président Jocelerme Privert dit s’incliner devant cette vie de service et d’amour pour son prochain. « Monseigneur Poulard, ordonné Prêtre en 1972, a laissé dans toutes les paroisses où il a eu à exercer son ministère l’image d’un homme bon, humble et toujours à l’écoute et au service de ses brebis. La nation haïtienne a perdu un citoyen exemplaire, la Conférence des évêques d’Haïti un frère et ami et le peuple de Dieu un bon pasteur qui exhorte par cette devise “Donnen kote Bondye plante w” », a déclaré le président Privert qui dit avoir appris avec beaucoup de peine et de tristesse la nouvelle du décès de l’Archevèque émérite de Port-au-Prince

L'ex-président Jocelerme Privert, qui a eu le privilège de connaître personnellement monseigneur Poulard, témoigne toute sa reconnaissance et toute son admiration à l’endroit de ce berger qui a toujours été disponible à l’accompagner et le conseiller dans les moments les plus difficiles au cours de son mandat de transition à la tête du pays. Le communiqué présente ses plus profondes sympathies et condoléances à sa famille, ses proches, ses amis et à toute la communauté catholique qui pleurent aujourd’hui la disparition de ce pasteur modèle.

Né le 6 janvier 1942, à Delatte (Petit-Goâve), Mgr Guire Poulard est ordonné prêtre le 25 juin 1972 par le clergé de l’archidiocèse de Port-au-Prince par son Excellence Mgr François W. Ligondé, premier archevêque haïtien de l’archidiocèse de Port-au-Prince. Comme prêtre de ce diocèse, il a exercé le ministère pastoral paroissial à Jacmel comme vicaire. Il a été en France, à Lille, parfaire sa formation. Ensuite il a été administrateur des paroisses : Belladère et Saut-d’Eau ; enfin curé de Pétion-Ville. De cette cure le Saint-Père Jean Paul II l’a appelé à être le premier évêque de Jacmel le 25 février 1988. Il a reçu l’ordination épiscopale le 15 mai des mains de Mgr Paolo Romero, nonce apostolique en Haïti. Mgr Poulard a dirigé ce diocèse jusqu’au 9 mars 2009, date à laquelle le Saint-Père Benoît XVI l’a transféré au diocèse des Cayes pour succéder à Mgr Alix Verrier dont la renonciation a été acceptée pour limite d’âge. Il a fait la prise de possession canonique le 19 mai 2009.

22 mois plus tard, l'homme d'église a dû quitter le troupeau des Cayes dans les larmes pour devenir le 10e archevêque. En effet le pape Benoît XVI l’a constitué le 12 janvier 2011 le 3è archevêque haïtien sur ce siège. Au cours d’une célébration eucharistique le 26 mars 2011, Mgr Guire Poulard a été intronisé en prenant possession canoniquement du siège avec la crosse à lui remise par le nonce apostolique, son Excellence Mgr Bernardito Auza. La nouvelle devise épiscopale de Poulard est : «Donnen kote Bondye plante w. Nous souhaitons un fructueux ministère épiscopal à notre nouvel archevêque.»

Edrid ST Juste source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 2 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 3 mois ago