Tabarre: l’hôpital MSF de traumatologie ferme ses portes

Publié
9 mois ago
Dernière mise à jour
9 mois ago
4658 views
Time to
read
3’

A partir de ce 31 décembre, le centre traumatologie de MSF à Tabarre sera fermé aux patients. Le chef de mission des activités de MSF Belgique a confirmé la nouvelle lors d’un entretien conjoint au journal avec les chefs de mission de MSF Hollande et de France. Les responsables en ont profité pour expliquer que MSF restera à Martissant, à Port-à-Piment et à Delmas 33. Le centre des grands brulés à Drouillard sera géré par MSF pendant au moins 4 ans.

L’hôpital de traumatologie, communément appelé l’hôpital Nap Kenbe, établie à Tabarre et dirigé par MSF, admettra ses derniers patients ce 31 décembre. L’hôpital fermera ses portes suite à ce qui a été décidé par le board de l’organisation humanitaire médicale. Les victimes d’accidents de la route, de plaie par arme à feu et arme blanche principalement devront désormais chercher une nouvelle adresse. En moins de cinq mois, l’organisation caritative a mis un terme à deux de ses plus grands projets qu’elle exécute en Haïti.

« Les admissions de nouveaux cas vont prendre fin le 31 de ce mois. Nous avons pris soins de communiquer avec le MSPP et la population depuis le début du processus de la réduction des activités», a indiqué Walter Lorenzi, chef de mission des activités de MSF Belgique en interview au journal ce vendredi.

Pour les patients qui sont déjà hospitalisés dont les cas nécessitent un traitement de longue durée, Walter Lorenzi affirme qu’il n’y a aucun souci à se faire à ce niveau « Il est important de préciser qu’on va continuer à traiter les cas qui sont hospitalisés. On poursuivra leurs traitement jusqu’à ce qu’il soit guéris. Pour les cas complexes qui nécessiteraient une ré-opération, on assurera le suivi », a-t-il précisé, ajoutant qu’aucune date n’a été retenue pour la fermeture définitive de la structure.

L’hôpital Nap Kenbe prenait en charge tous les cas de traumatologie qui nécessitaient des interventions chirurgicales spécialisées dans le domaine de l’orthopédie et de viscéral. Il disposait d’une structure modulaire qui n’avait pas de vocation de perdurer. Il avait été ouvert en 2012 suite au tremblement de terre de 2010 dans l’objectif de répondre à une urgence.

En six ans, plus de 60 000 personnes ont été vues aux urgences, plus de 32 000 interventions chirurgicales ont été effectuées et 83 000 patients ont été vus en consultations ambulatoires. L’hôpital engageait 410 employés nationaux dont 240 profils médicaux et paramédicaux. « Aujourd’hui tous les chefs de services sont des employés nationaux qui ont été formés en Haïti », a indiqué M. Lorenzi.

Un appel a été lancé aux autorités sanitaires du pays en vue de recruter le personnel de MSF sachant qu’Haïti accuse un déficit en main d’œuvre qualifié en santé. Le directeur général du ministère de la Santé publique et de la Population, le Dr Lauré Adrien avait informé que cette possibilité faisait l’objet d’une étude. Nous ne disposons que de 6 professionnels de santé pour 10 000 habitants alors que le minimal exigé par l’Organisation mondiale de la santé est de 25.

MSF France sera en Haïti au moins jusqu’en 2022

MSF France, qui exécute le projet du Centre des grands brulés (hôpital de Drouillard), sera tout au moins présent en Haïti jusqu’en 2022. « On s’inscrit dans un plan de cinq ans », a précisé Jean Heureu, chef de mission des activités de MSF France. Au cours de la première année, MSF France a consacré ses investissements en infrastructure, en acquisition de matériels et en formation spécifiques dans la prise en charge des grands brulés avec des perspectives de décentralisation sur les dix départements du pays. « Au bout de quatre ans, le souhait c’est que la prise en charge de la brulure soit globale sur le territoire national », a déclaré Jean Heureu, soulignant que la brûlure est un problème de santé publique en Haïti.

« En moyenne, on fait la prise en charge de 800 grands brûlés par année. 40% d’entre eux sont des enfants de moins de 5 ans », a fait savoir le responsable, faisant valoir la nécessité de décentraliser la prise en charge de cette pathologie.

MSF-Hollande se focalise sur la prise en charge des victimes de violences sexuelles

Après la fermeture du Centre de référence des urgences obstétricales (CRUO) le 23 juillet, MSF Hollande focalise ses activités sur les violences sexuelles basées sur le genre. Il dirige la clinique Pran men m, qui est localisée à Delmas 33. En trois ans, la clinique a admis 3 000 survivants de violences sexuelles, dont 50% des enfants de moins de 18 ans avec prédominance de sexe féminin.

« On décide de travailler sur cette thématique parce qu’on a constaté qu’il s’agissait d’un problème d’envergure en Haïti », a affirmé la cheffe de mission MSF Hollande, Michelle Chouinard, qui fait savoir que la clinique prodigue des soins médicaux et psychosociaux compréhensibles. MSF-Hollande poursuit l’ambition d’élargir ses activités à travers tout le territoire national.

Le Centre d’urgence de Martissant et le projet de MSF à Port-à-Piment resteront ouverts.

Edrid St Juste Source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 5 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 5 mois ago