Susan D. Page, sortie des radars de l’ONU…

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
2621 views
Time to
read
2’

Susan D Page

Tous les six mois, le représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en Haïti doit présenter au Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies un rapport sur le travail de la mission dans le pays. Ce qui devait être fait, mercredi, à New York, par le chef de la MINUJUSTH, Susan D. Page. Pour la première fois, le rapport a été présenté par quelqu’un d'autre que le représentant du Secrétaire général.

Rappelée pour consultation par le Secrétaire général de l’ONU il y a de cela un mois, le chef de la MINUJUSH est depuis aux abonnés absents. Au Conseil de sécurité de l’ONU, mercredi, c’est le secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l’ONU, Jean-Pierre Lacroix, qui a présenté à la place de Susan D. Page le premier rapport des premiers six mois de la MINUJUSTH en Haïti, a appris Le Nouvelliste de sources diplomatiques.

Depuis le 25 février dernier, Susan D. Page est tombée en disgrâce devant les autorités haïtiennes à la suite de la publication d’une note dans laquelle la représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU en Haïti a salué le fait que des juges ont été chargés d’instruire les plaintes concernant le dossier PetroCaribe qui incrimine plusieurs proches du pouvoir en place et d’anciens hauts dignitaires de l’administration de Martelly, mentor du président Jovenel Moïse.

C’est pour la première fois que le rapport sur la mission en Haïti a été présenté par quelqu’un d'autre que le représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU, a souligné au Nouvelliste un diplomate haïtien.

Est-ce que l’absence de Susan D. Page mercredi au Conseil de sécurité de l’ONU dans une séance sur Haïti voudrait dire qu’elle soit définitivement rappelée ? A cette question, notre source bien placée dans la diplomatie haïtienne a confié au Nouvelliste que l’ONU n’avais aucun intérêt à alimenter un bras de fer avec un pays fondateur. Cependant, certains diplomates haïtiens considèrent cette absence comme un désaveu de l’ONU à Madame Page. Pour d’autres, le Secrétaire général de l’ONU veut tout simplement apaiser la situation en écartant Susan D. Page. Toutefois, personne n’est en mesure pour l’heure de dire si elle est rappelée définitivement.

Dans son discours mercredi devant le Conseil de sécurité de l’ONU, l’ambassadeur Denis Régis a déclaré que le gouvernement haïtien souhaitait la poursuite de la coopération entre Haïti et l'ONU, dans le cadre d'un partenariat fort, qui favorise réellement de "nouvelles avancées dans tous les secteurs de l'État de droit", ainsi que la promotion de tous les droits de la personne - civils et politiques, économiques, sociaux et culturels - tout en contribuant puissamment à la réalisation des objectifs de développement durable du pays. « Rien de tout cela ne sera possible sans le respect scrupuleux des obligations réciproques et en dehors d'un authentique esprit de "solidarité, de respect mutuel et de confiance", comme l'a souligné fort à propos le Secrétaire général dans son rapport », a-t-il dit.

Rappelé en consultation lui aussi par le gouvernement haïtien après la note de Madame Page, l’ambassadeur Régis est retourné à son poste à New York depuis un certain temps. Tel n’est pas le cas pour Susan D. Page.

Contacté mercredi par Le Nouvelliste pour savoir qui assure l’intérim à la tête de la MINUJUSTH pendant l’absence de Susan D. Page au pays, le responsable de communication de la mission de l’ONU en Haïti, Sophie Buteau de la Combe, a préféré ignorer les appels et messages du journal. En fait, elle est injoignable depuis le 25 février dernier.

Robenson Geffrard

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 5 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 5 mois ago