Salon Konsome Lokal : de la découverte au développement durable

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
2006 views
Time to
read
2’

Tenue l’année dernière sur le thème « Découverte », la deuxième édition de la foire de consommation locale dénommée « Konsome Lokal » sera axée sur le «développement durable». Les 15 et 16 décembre, le Parc historique de la canne à sucre sera, à nouveau, l’hôte de ce salon auquel les organisateurs espèrent voir doubler le nombre des 3 000 visiteurs qui y ont pris part en 2017.

Environ 100 exposants seront présents à cette activité qui se veut un espace de promotion pour la production nationale et pour les producteurs. C'est ce qu'a informé Nathalie Angibeau, directrice de l’évènement, mercredi, lors du lancement du salon qui a réuni plusieurs partenaires, dont des représentants du ministère du Tourisme, du groupe SOGEBANK, du programme LEVE de l’USAID, de Smash/ Brana,de Rebo, de Clairin Lakay et de Barbancourt

« Nous espérons que ce mouvement pourra créer des filières de production et de transformation en exploitant de façon rationnelle les ressources du terroir dans une perspective de développement durable », a indiqué Nathalie Angibeau. Dans un contexte où la production nationale se porte au plus mal, la responsable dit nourrir l’espoir de voir des synergies entre les entreprises locales, afin qu’elles fassent des affaires ensemble. «Produire ce que l’on consomme et consommer ce que l’on produit » est l’objectif recherché par la tenue de ce salon, et charié par les différents partenaires présents dans la salle.

En effet, la consommation locale constitue un stimulant à l’essor de la production locale. Elle contribue à créer des emplois et peut être un puissant levier de développement économique et social du pays lorsque chacun y participe. En d’autres termes, valoriser la consommation locale, c’est bâtir un nouveau projet de société, fait de partage et de complémentarités, a insisté Nathalie Angibeau.

« Nous avons pour mission de faire découvrir au grand public les produits d’ici, de créer une nouvelle relation de confiance entre les produits Made in Haiti et les consommateurs », a poursuivi la responsable de l’évènement. La majeure partie de la population a tendance à prioriser les produits étrangers. Un automatisme que l'instigatrice de Konsome Lokal veut déraciner. Notre réflexe doit être d’abord les produits locaux. Profitant de cette conference de lancement, Nathalie Angibeau a profité pour inviter tous ceux qui sont curieux de découvrir les produits locaux ainsi que ceux qui souhaitent en améliorer la production à venir assister aux deux journées de Konsome Lokal.

L'accès au salon est fixé au prix de 300 gourdes pour les adultes, 150 gourdes pour les enfants à partir de 11 ans. Les enfants de moins de 10 ans n'auront rien à payer.

« Aujourd’hui, il ne s’agit pas seulement du lancement officiel de la deuxième édition du salon Konsome Lokal. Une telle activité a le mérite de faire ressortir la diversité de la production nationale, l’originalité du secteur de la restauration, de contribuer à la promotion des échanges, de faire émerger des opportunités économiques pour les jeunes d’Haïti, dans les secteurs tels que l’artisanat, l’agroalimentaire, la mode, la décoration intérieure, pour ne citer que ceux-là », a pour sa part déclarer le conseiller en développement économique et investissement Jeffsky Poincy, soutenant que le ministère du Tourisme apporte son plein soutien à cet évènement à « double titre ».

Cette année, 50% seulement des exposants sont dans l’agroalimentaire. Les organisateurs ont, par ailleurs. ouvert le cadre. Beaucoup de compagnies provenant notamment du Nord ont intégré le salon. Le département de l’Ouest n’est plus leur zone de confort.

De son côté, Joane Nicolas, directrice de projets du département Marketing de Sogebank a expliqué que, en plus de contribuer à la promotion de la consommation et de la production locales, « avec cet espace nous offrons des solutions financières aux entrepreneurs » Pour cette seconde édition presque tout le personnel du groupe Sogebank sera physiquement présent, a assuré Mme Nicolas.

Pour Gilbert Gonzales de la firme Rebo, la consommation locale relève non seulement la production des produits du terroir mais aussi favorise l’emploi. Il a, en outre mis l’accent sur la nécessité de niveau standard dont doivent faire preuve les entrepreneurs.

Il revient à nous de valoriser les produits locaux d’abord avant de réclamer une reconnaissance au niveau international, a fait valoir Francesca Eugène de la compagnie Barbancourt.

Martine Isaac Source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 8 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 9 mois ago