Reprise de la séance de ratification de Jean Michel Lapin: Le groupe des 4 pose ses conditions

Publié
5 mois ago
Dernière mise à jour
5 mois ago
6872 views
Time to
read
1’

Le groupe des 4 Senateurs

Le groupe des quatre sénateurs conditionne la reprise sereine de la séance de ratification de la politique générale de Jean Michel Lapin à un ensemble de points de droit, entre autres, défendu lors de la séance du 14 mai, mise en continuation.

Dans une lettre en date du 15 mai adressée au président de l'assemblée nationale, les parlementaires de l'opposition font valoir leurs exigences dites, légales et constitutionnelles, relatives au nouveau gouvernement.

Un cabinet ministériel sans cumul de postes, retrait des ministres ayant fait partie du gouvernement démissionnaire, mise à la disposition du groupe des 4 des dossiers de tous les ministres pour un minutieux examen et convocation en urgence d'une conférence des présidents autour du comportement belliqueux du sénateur Joseph Lambert lors de la séance du 14 mai, telles sont les principales exigences soumises par les sénateurs du bloc minoritaire.

Tout en se disant préoccupée par la précarité, l'insécurité et le désespoir qui s'installent dans le pays, les Sénateurs Beauplan, Chéramy, Pierre et Cassy s'insurgent contre des gens, disent-ils, assoiffés de pouvoir qui fragilisent le destin du pays.

“... Il(le groupe des 4 sénateurs de l'opposition ) va continuer à se battre sans répit et avec plus de détermination, malgré les obstacles dressés sur sa route pour la défense des intérêts supérieurs de la Nation.”, peut-on lire dans cette correspondance.

Dans un concert de mégaphones, le 14 mai dernier, le président du Sénat, Carl Murat Cantave s'était vu obligé de mettre en suspension pour une deuxième fois la séance de présentation de l'énoncé de la politique générale de Jean Michel Lapin. Les pères conscrits, notamment les sénateurs du groupe minoritaire ont tenu un débat houleux sur des points de droit au sujet des ministres du nouveau cabinet. Pour 18 ministres nommés, seulement 14 se sont présentés lors de la séance. Certains d’entre eux sont titulaires de deux ministères, contrairement aux prescrits de la loi 8 novembre, abrogeant le décret de 2005. Révulsés, les sénateurs opposants avaient stratégiquement perturbé la séance jusqu’à sa suspension.

Autour de cet incident les avis divergent. Certains parlent de scandale et de mauvais spectacle offert par un parlement décrié, d'autres saluent le courage et l'obstination des sénateurs de l'opposition qui jouent le jeu du contre-pouvoir dans un espace acquis à la cause de l'exécutif.

Author

Journaliste ( radio et presse écrite) depuis 2008. A étudié la sociologie à la Faculté des Sciences Humaines de l’UEH. 

Rédacteur en chef du programme Enfòmasyon Nou Dwe Konnen, ENDK / Internews Europe en 2012, rédacteur à Ticket Magazine / Le Nouvelliste jusqu’en 2018. Assistant à l’édition et...

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 5 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 5 mois ago