Reportage : A la rencontre des témoins de Delmas 83 et une visite à Carrefour feuilles

Publié
7 mois ago
Dernière mise à jour
7 mois ago
9578 views
Time to
read
2’

Carrefour Feuilles après Tijé - Photo par Kerson Olivier

Après l’opération ayant mené à la mort du présumé chef de gang "Tije", de son vrai nom Sony Jean, Haiti Press Network a été à la rencontre des habitants de la localité de Delmas 83 où s'est déroulée l’opération policière dans la nuit du 29 Avril. Ainsi que les résidents de Carrefour-Feuilles où vivait le présumé bandit accusé de nombreux crimes.

"On ne pensait pas que des chefs de gangs pouvaient venir à delmas", nous raconte ce jeune homme étonné résident de  Delmas 83. La localité est réputée être un endroit paisible, selon le témoignage des différents habitants.

"Nous n’avons pas peur la nuit, parce que les jeunes du quartier sont toujours dans la rue. La nuit du 29 avril  nous n'étions pas dehors parce qu’il pleuvait" nous explique cet homme trentenaire. Les résidents de Delmas 83 ne sont pas habitués aux détonations d'armes automatiques dans leur quartier. Malgré la peur visible de certains d’entre eux, la majorité s’était rassurée en apprenant que les tirs venaient des unités spéciales de la PNH vers 10h30 du soir.

"Je ne craignais rien, les policiers nous avaient invités à rester chez nous, en nous disant de ne rien craindre car ils s’agissaient d’une grande opération", a expliqué un non-voyant. En dépit, de l'assurance policière certains craignaient  que des projectiles les atteignent. "Je savais bien que c’était la police mais j’avais peur quant même parce que ma maison est en tôle" a fait savoir une jeune fille dans la vingtaine. 

A Carrefour feuilles, c'est le soulagement

Par ailleurs à Carrefour-Feuilles où vivait  le présumé bandit, l’heure est à la réjouissance. Les résidents de ce vaste bidonville au Sud Est de la Capitale, ont pillé la maison du chef de gang  sous les regards passifs des agents de la police déployés dans la zone en compagnie des soldats des Nations Unies.

Les gens visiblement satisfaits de l'opération de la PNH ayant mené à la mort de "Tije" sont revenus dans leur quartier à l'impasse Eddy et dans la zone de Savane Pistache.  "Il devrait mourir ici, nous aurions aimé lui donner des funérailles qu'il mérite", a martelé un homme très en colère.

Les portes des maisons sont pour le moment ouvertes à Carrefour feuilles qui était devenue une cité morte pendant le règne de Jean Sony alias Tije. "La police doit prendre le contrôle de cette zone devenue depuis quelque temps des repairs de bandits qui veulent contrôler les mines de sable rançonnant ainsi les chauffeurs de camion et des usagers de la route" a expliqué cette dame qui habite savane pistache depuis une dizaine d'années.  

Plusieurs victimes de ce chef de gang veulent pour l'instant mener une vie paisible.  "Je suis content qu’il soit tué, ma famille sera capable de se réunir à nouveau. Ce voleur nous avait forcés à laisser notre maison. Mes parents étaient obligés de retourner en province’’,  a confié un jeune homme. "Il m’avait tiré dessus, regarde mes pieds’’ a lancé cet homme boiteux injuriant le défunt. Des  produits alimentaires trouvés chez le chef de gang ont été distribués dans la communauté. Peut être, l'unique moyen de se faire justice dans ce grand quartier pauvre. 

Au moment ou beaucoup crient justice pour les victimes de’’ TIje’’, d’autres voient un coup dur pour la justice et une chance ratée pour faire lumière  sur de nombreux crimes attribués à ce puissant chef de gang. 

 kervens Olivier source HPN

 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 7 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago