Réginald Boulos recommande un gouvernement de technocrates compétents

Publié
2 mois ago
Dernière mise à jour
2 mois ago
7629 views
Time to
read
3’

Reginald Boulos

De plus en plus présent sur les réseaux sociaux, l’homme d’affaires Réginald Boulos nie avoir joué un rôle dans le choix du Premier ministre nommé Jean Henry Céant. Il en a profité pour désamorcer ce qui semblait être une polémique avec le Parlement suite à deux posts sur Twitter.

« Je n’ai recommandé personne », a-t-il déclaré lors d’une interview sur Magik 9 jeudi matin. Ceci ne serait pas dans ses habitudes. « Depuis que je suis un citoyen engagé, je n’ai jamais proposé un Premier ministre à un président. Je n’ai jamais proposé un ministre à un Premier ministre. Je n’ai jamais proposé un directeur général à un ministre ni un employé à un directeur général », a-t-il insisté. Réginald Boulos, qu’on a toujours présenté comme un grand manitou, a expliqué que c’est dans les médias qu’il a entendu les noms des premiers ministrables comme tout le monde.

Naturellement, Réginald Boulos, qui croit que le pays a besoin d’un « rassembleur », d’un « homme politique » avait sa préférence. « Pour être honnête avec vous, de tous les noms que j’avais entendus, Edgard Leblanc est celui qui à mon avis répondait le mieux à ce profil », a-t-il témoigné. Jean Henry Céant n’est pas pour autant moins qualifié.

« Maître Céant est quelqu’un qui est dans l’arène politique, qui dirige un parti politique, que tout le monde connait pour son entregent, sa capacité à dialoguer avec tous les secteurs. On dit aussi qu’il a beaucoup d’amis dans le secteur privé et au Parlement », a-t-il dit à propos du Premier ministre désigné. Par rapport à tous ces atouts, Réginald Boulos pense que celui qui fut candidat à la présidence à deux reprises répond aux caractéristiques du « chef d’orchestre » dont on parle. Toutefois, fait remarquer Réginald Boulos, le chef d’orchestre importe peu. « Ce sont les ministres qui vont former le gouvernement », a-t-il indiqué. Réginald Boulos plaide pour la formation d’un gouvernement avec des « techniciens compétents ».

« Je conseille au Premier ministre nommé de choisir des gens compétents, efficaces et intègres afin de résoudre le problème de la misère, de la faim et de la pauvreté dans le pays. Il serait préférable pour le Premier ministre de ne pas obtenir le vote de confiance des parlementaires et conserver sa dignité au lieu de perdre son caractère en acceptant d'entrer dans des combines », avait-il twitté mercredi. Sur Magik 9, il a précisé que ce post n’a rien à voir avec le Parlement.

Il pense qu’aucun Premier ministre ne devrait accepter ce poste s’il n’a pas la capacité, la liberté et la facilité de choisir des hommes compétents qui soient capables d’apporter des solutions rapides aux problèmes de la population. Selon Réginald Boulos, l’une des principales victimes des actes de pillage enregistrés les 6 et 7 juillet dernier, lorsque le peuple a parlé pendant ces deux jours c’est une colère qu’il a montré contre l’Etat et contre le système formé du secteur privé et du Parlement, entre autres.

Même s’il a voulu prendre la précaution en disant que son post sur Twitter ne s’adresse pas au Parlement, Réginald Boulos encourage les parlementaires à accompagner le Premier ministre dans la mise en place d’un gouvernement fait de « technocrates ». « La meilleure chose qui puisse arriver aux parlementaires qui iront aux élections l’année prochaine, c’est un gouvernement formé de techniciens compétents qui puissent entreprendre des projets dans leurs circonscriptions », selon l’homme d’affaires.

Réginald Boulos avait soulevé la colère du député Rolph Papillon quand il avait écrit sur Twitter le 5 août : « Il est temps d’arrêter cette pratique du Parlement de négocier tous les postes d’un cabinet ministériel. Ce n’est plus alors une équipe de techniciens compétents capables d’apporter des solutions aux cuisants problèmes de la faim, de la misère et du chômage. Assez, c’est assez !!! ».

« Puisque nous sommes apparemment à l’heure des souhaits, j’ose espérer que l’élite répugnante plus pourrie que le Parlement arrêtera de flatter les bas instincts de mes collègues parlementaires. Corrompus et corrupteurs vont de pair. Arrêtons l’hypocrisie. Assez, c’est assez ! », avait réagi le député. Sur Magik 9 jeudi, le parlementaire a estimé que Réginald Boulos n’a pas de leçons à donner aux parlementaires. « Il faut prêcher par l’exemple. Si votre réputation est aussi sulfureuse que celle du Parlement, je pense que vous êtes mal placé pour donner ce genre de conseils », a-t-il déclaré.

« Le député Papillon s’est laissé aller, comme nous tous dans ce pays, à un problème de médisance, d’assassinat de caractère », a répondu Réginald Boulos, affirmant qu’il ne veut pas entrer dans une polémique avec aucun parlementaire. Estimant qu’il a été victime de son silence ces deux dernières années, l’homme d’affaires se montre plutôt favorable à un dialogue pour résoudre, dit-il, les problèmes du pays.

Danio Darius SOurce Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
5 mois 3 semaines ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
1 année 6 mois ago