Qui oriente la destinée de la nation ?

Publié
5 mois ago
Dernière mise à jour
5 mois ago
1819 views
Time to
read
2’

Jean Michel Lapin Premier Ministre (Archives)

Plus de 30 jours après la nomination du gouvernement de Jean-Michel Lapin, aucun empressement n’est constaté dans le processus de ratification du Premier ministre. Tout semble aller pour le mieux actuellement. La république va bien. Du moins en apparence. Dans la réalité, l’insécurité, ce mal qui répand la terreur, est sur le point de miner le devenir de la nation haïtienne tant elle affecte l’économie. Les touristes se raréfient sur le territoire. L’administration des États-Unis d’Amérique, qui fait figure d’allié sûr aux yeux de l’équipe au pouvoir à Port-au-Prince, n’a pas changé de position dans sa décision de maintenir Haïti au niveau 4 en ce qui a trait à l’insécurité.

Pour la seule période allant de janvier à mars 2019, 101 personnes ont perdu la vie, dont 13 policiers, soit en moyenne 33 personnes par mois, a révélé le dernier rapport en date du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) intitulé « Situation chaotique des droits humains en Haïti et banditisme d’État ». Selon le RNDDH, les chefs de gangs exposent désormais ouvertement leur puissance de feu face à celle de l'institution policière affaiblie.

Entre-temps, l’inflation bat son plein, la gourde continue de perdre de sa valeur face au dollar américain. La population vit dans le dénuement le plus total. Aucune embellie pour l’instant n’est à envisager. La situation paraît de plus en plus désespérée. On se rappelle encore que le Fonds monétaire international (FMI) avait posé ses conditions pour le déblocage des fonds relatifs au prêt concessionnel de 229 millions de dollars à 0% sur trois ans signé en mars dernier.

La suspension temporaire du processus d’approbation du prêt avait été confirmé à Washington par Gerry Rice, le directeur de communication du FMI le 21 mars 2019, qui avait déclaré : « Nous ne pourrons faire avancer le processus jusqu'au conseil de direction du FMI sans un peu plus de clarification sur la mise en place d'un nouveau gouvernement et l'introduction du budget […] Nous espérons que les incertitudes politiques pourront être rapidement dissipées pour que nous reprenions le travail afin d'aider Haïti et le peuple haïtien qui font face à d'énormes défis socio-économiques. »

Si Haïti arrive à boucler sa part du contrat et remplit les conditions posées par le FMI, entre autres la mise en place d’un nouveau gouvernement et le vote de la loi de finances (2018-2019), Haïti pourra bénéficier d’un premier versement de 45 millions de dollars en juin 2019. Actuellement avec le rythme de travail des autorités, que ce soit au Parlement ou dans le rang de l’exécutif, rien ne montre que le pays fait face à une quelconque urgence. Il était prévu aussi dans l’accord conclu avec le FMI que si les échéances ne sont pas respectées, l’accord devait être entièrement renégocié.

Dorénavant, l’Union européenne et la Banque interaméricaine de développement (BID) attendent le signal du FMI pour aussi octroyer des appuis budgétaires totalisant environ 75 millions de dollars. Les jours passent, aucune célérité n’est sollicitée face aux urgences de l’heure. Pourtant, l’État fait face à des difficultés qui le contraignent d’accumuler des arriérés pour ses fonctionnaires et l'empêche de répondre à certaines obligations de base. Qui dira halte-là dans cette descente aux enfers ?

Dieudonné Joachim source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 5 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 5 mois ago