Prévision en hausse pour les transferts de la diaspora haïtienne

Publié
1 semaine ago
Dernière mise à jour
1 semaine ago
2364 views
Time to
read
2’

Dollar

Au cours de la semaine dernière, le Forum libre du jeudi a réservé un panel entier à la question des transferts de la diaspora haïtienne. La nature des transferts, l’évolution de la situation depuis 1990, la proportion de cette source de revenu dans le produit intérieur brut du pays, les conséquences des transferts sur la vie des ménages sont, entre autres, les aspects développés par les panélistes qui soutiennent que les prévisions de transferts sont en hausse par rapport à l’année dernière.

Pour l’année dernière, le pays a reçu 2.7 milliards de dollars américains, une augmentation de 400 millions par rapport à l’année précédente. Cette année, selon les prévisions rendues publiques par l’un des membres du Conseil d’administration de la Banque de la République d’Haïti, Fritz Duroseau, qui participait au Forum libre du jeudi de la semaine dernière, pour l’année 2018, les transferts devraient suivre cette même tendance. L’augmentation devrait être, soutient-il, de l’ordre de 14%. Ce qui explique que le flux de transferts pourrait atteindre la barre de trois milliards de dollars.

Avec de tels chiffres, les transferts de la diaspora haïtienne constituent de loin la principale source de devise de l’économie haïtienne devant les exportations qui génèrent un peu moins d’un milliard. Tenant compte que les importations du pays se situent autour de quatre milliards. Cette source de revenu joue un rôle prépondérant dans la balance des paiements. Car le déficit de la balance commerciale est devenu de plus en plus conséquent depuis le passage du séisme de 2010, date où les importations du pays étaient de l’ordre de 1.9 milliards de dollars.

L'augmentation des envois de fonds haïtiens s’explique grandement par le résultat d'une migration importante vers les États-Unis d’Amérique, le Canada, le Chili et le Brésil. Selon des rapports produits par des instances internationales, la croissance entre 2016 et 2017 reflète une augmentation de plus de 100 000 migrants qui effectuent des transferts régulièrement vers Haïti. Les émigrés du pays gardent alors de bons rapports avec les parents, les amis et d’autres proches demeurés en Haïti. Plus d’un tiers des ménages haïtiens reçoit un transfert de la diaspora.

Ainsi, cette précieuse ressource est plutôt un moyen important de création de nouvelles entreprises. Ce qui aurait une incidence positive sur la création d’emplois et surtout sur la croissance. Dommage, de l’avis du spécialiste de la finance, que ces fonds sont plutôt canalisés vers la consommation. Ce qui n’a pas d'importance, car ils couvrent des besoins de l’éducation, de logement et surtout favorisent la sécurité de plusieurs millions d’Haïtiens. Mais il reste un fait que très peu de ces fonds sont alloués à des activités génératrices de revenu.

En pourcentage dans le produit intérieur brut (PIB), l’apport de la diaspora est loin d’être négligeable. C’est presque un tiers du PIB du pays, soit 32% pour être plus précis. Fort de cela, M. Duroseau affirme que la diaspora haïtienne peut jouer un rôle de levier pour l’investissement dans des activités porteuses, le financement des infrastructures et de bien d’autres types de projets de développement.

Jose Fletcher source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
6 mois 3 semaines ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
1 année 7 mois ago