Port-au-Prince, une ville fantôme

Publié
1 semaine ago
Dernière mise à jour
1 semaine ago
5778 views
Time to
read
<1’

La ville de Port-au-Prince journée de protestation 10 juin 2019 ©REUTERS/Andres Martinez Casares

Le , à travers sa correspondante Jacqueline Charles, continue à suivre la situation haïtienne de près. Selon le journal, l’assassinat du journaliste Rospide Pétion est un signe que les tensions s’intensifient. Le Miami Herald rappelle qu’un autre journaliste a été déjà attaqué vendredi dernier. La grève convoquée par les syndicats et l’opposition pour hier et aujourd’hui fait que certaines parties de Port-au-Prince ressemblent à une ville fantôme, écrit le quotidien de Floride. Le Miami Herald qui note également que selon le Premier ministre désigné Jean Michel Lapin, les activités n’ont pas cessé et que l’on ne pourrait pas parler d’une ville à l’arrêt.

En tout cas, pour les personnes à faible revenu, la vie dans la capitale est devenue un cauchemar. Le National publie le portrait d’une mère de trois enfants, une vendeuse de rues qui offre aussi des services de repassage, et qui se bat pour nourrir sa famille. Depuis les émeutes de juillet dernier, raconte-t-elle, la vie est devenue encore plus chère. Il lui faut 2 500 gourdes pour acheter de la nourriture pour une semaine, sans compter les frais de scolarité des enfants. Pour Noseline Petit Frère, 31 ans, vivre en Haïti au cours de ces dernières années, c’est comme vivre en enfer, explique-t-elle au journal Le National.

Par Achim Lippold source RFI

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 1 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 2 mois ago