Plus de 23900 rapatriés le premier trimestre 2019, le GARR appelle au respect des migrants

Publié
6 mois ago
Dernière mise à jour
6 mois ago
2077 views
Time to
read
2’

Les autorités de la migration dominicaine continuent avec les opérations de rapatriement massif à la frontière haïtiano-dominicaine. Au cours des trois premiers mois de l’année 2019, 23941 cas de rapatriement et 265 retournés spontanés ont été recensés par le GARR au niveau des points frontaliers officiels et non officiels. Des mineurs non accompagnés n’ont pas non plus été épargnés. Soixante-dix-neuf (79) ont été enregistrés à Malpasse (Ouest) et dans des points non officiels de la commune de Ferrier (Nord-est).

Passeport en mains avec un visa dominicain valide, un étudiant haïtien ayant requis l’anonymat a été accueilli au bureau du GARR à Belladère, le 15 mars 2019. Il a indiqué avoir été reconduit à la frontière en dépit de la présentation de son document de voyage aux agents de la migration dominicaine lors des opérations.

Originaire de Jérémie, ce dernier étudie la Technique de construction et du bâtiment en territoire dominicain. Il a dénoncé le comportement des militaires dominicains qui auraient déchiré 5 passeports valides et des permis de séjour appartenant à des migrants haïtiens.  

D’autres rapatriés accueillis au bureau du GARR se sont plaints d’avoir été dépossédés des objets de valeur au centre carcéral d’Haïna, une ville située au sud de la République dominicaine dans la province de San Cristóbal, avant d'être reconduits à la frontière.

Le mauvais traitement réservé aux migrantes et migrants haïtiens lors des rapatriements est récurrent : confiscation de documents de voyage, vol d’objets de valeur, bastonnade, etc. La liste est longue en matière de violations des droits des rapatriés reconduits à la frontière.

Selon les données recueillies, les Haïtiennes et Haïtiens rapatriés au cours des trois premiers mois de l’année 2019 ont vécu entre trois mois et cinq ans en République Dominicaine. La majorité d’entre eux vivaient dans les villes dominicaines de San Juan de la Maguana, Barahona, Higuey, San Pedro de Macoris, Las Matas et à Santo Domingo.

Parallèlement, il a été constaté pour ce premier trimestre que les points frontaliers non officiels d’Ouanaminthe/Dajabón dont nombreux se trouvent dans la commune de Ferrier, ont accueilli plus de migrant-e-s rapatriés avec un total de 10844.  

La frontière officielle de Carisal/Elias Piña (Centre) vient en deuxième position avec un effectif de 6830 personnes suivie du point officiel de Ouanaminthe/Dajabón où 6089 ont été dénombrés.  Viennent en dernier lieu le point officiel de Malpasse/Jimani (Ouest) avec 113 rapatriés enregistrés pour seulement le mois de mars 2019 et celui non officiel de Cornillon/Grand-Bois ayant pour sa part accueilli 65 rapatriés en février et mars 2019.  

Il convient de souligner que les données statistiques communiquées par le GARR ne correspondent pas toujours à la totalité des personnes rapatriées. Cela s’explique d’une part par l’incapacité de l'institution d’être présente dans tous les points frontaliers non officiels, et d’autre part par la reconduction des migrants haïtiens à la frontière en dehors des heures prévues par le Protocole d’accord sur les mécanismes de rapatriement.

Le GARR attire l’attention des autorités haïtiennes sur la nécessité de travailler avec le gouvernement dominicain en vue du respect des droits des migrants haïtiens dans les opérations de rapatriement.

Josue Michel source HPN

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 5 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 6 mois ago