PetroCaribe : Quatre partis politiques de l’opposition plaident pour un nouveau départ

Publié
10 mois ago
Dernière mise à jour
10 mois ago
2791 views
Time to
read
2’

Edmonde Supplice Beauzile

Les partis politiques FUSION, KONTRAPÈPLA, OPL et UNIR dénoncent des manoeuvres du pouvoir visant à faire passer le temps dans le cadre du dossier PetroCaribe. Dans une prise de position conjointe, ces organisations politiques de l’opposition appellent à la poursuite des mouvements de protestation et prévoient que la situation risque de dégénérer et de devenir incontrôlable dans les jours qui viennent.

Les actions du gouvernement dans la lutte contre la corruption et pour faire la lumière sur l’utilisation des fonds PetroCaribe ne convainquent pas les organisations politiques FUSION, KONTRAPÈPLA, OPL et UNIR. « Le pouvoir donne l’impression de ne pas avoir entendu le message adressé par les centaines de milliers de compatriotes qui descendent régulièrement dans les rues ni d’avoir pris la mesure de la dimension du problème », écrivent-elles dans une prise de position conjointe.

« …la situation risque de dégénérer et de devenir incontrôlable dans les jours et les semaines qui viennent. Des propositions fusent de toutes parts, sans apporter des réponses crédibles pour une sortie durable de la crise politique, économique et institutionnelle. Il est de la responsabilité des partis politiques et des secteurs organisés de la société de se réunir dans les meilleurs délais pour évaluer ensemble les conséquences immédiates de l’incapacité des pouvoirs publics à répondre aux revendications légitimes du peuple et discuter de la formule la plus appropriée que tout le monde espère », soutiennent ces partis politiques.

Pour la FUSION, KONTRAPÈPLA, OPL et UNIR, les prises de position « ambiguës de l’exécutif et ses tentatives maladroites de semer la confusion pour faire traîner les choses sont vouées à l’échec ».

« Il n’est plus possible de protéger ceux qui ont commis des crimes financiers d’une telle gravité contre la nation », ont-ils dit, soulignant que le mouvement citoyen lancé par le peuple haïtien ne s’arrêtera pas.

« La question n’est plus celle de savoir si nous aurons un procès PetroCaribe, car il aura lieu avec ou sans le pouvoir en place, mais plutôt de se demander comment nous pouvons transformer le dossier PetroCaribe en une opportunité pour prendre un nouveau départ, pour opérer cette rupture tant attendue, pour redonner de la crédibilité à nos institutions, pour redonner confiance dans le système judiciaire, pour transformer les rapports sociaux, pour mettre en place une politique économique capable de répondre aux attentes de la population », ont avancé ces partis politiques.

 

Selon eux, « il faut que quelque chose change dans notre pays». La population, ont-ils ajouté, « a assez de l’accaparement du pouvoir et des ressources du pays par un petit groupe qui les utilise à leur profit exclusif, assez de la mauvaise gouvernance et des kleptocrates qui nous dirigent, assez des inégalités, assez de la pauvreté qui touche la grande majorité de nos concitoyens, assez de l’insécurité et des violations systématiques de la règle de droit, assez des élections frauduleuses».

Ces organisations politiques ont fait savoir que des contacts sont en cours avec les divers secteurs du pays afin d’arriver à l’élaboration d’un projet national et d’un pacte d’engagement pour la construction d’une nouvelle société haïtienne dans l’intérêt de la majorité de la population.

En outre, la FUSION, KONTRAPÈPLA, OPL et UNIR appuient sans réserve « les justes revendications de la population et encouragent les différents secteurs de la société à rester mobilisés afin de forcer les dirigeants actuels à faire la lumière sur l’utilisation des fonds du programme PetroCaribe».

Robenson Geffrard source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 4 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 5 mois ago