ONA : Chesnel Pierre présente ses réalisations et annonce des perspectives

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
4338 views
Time to
read
7’

Chesnel Pierre Directeur de l' ONA

Dans une entrevue fleuve, accordée exclusivement au journal Le Nouvelliste le mardi 22 mai 2018, le directeur général de l’Office national d’assurance-vieillesse (ONA), Chesnel Pierre, qui vient de boucler une année à la tête de cet organisme déconcentré, est longuement revenu sur ses réalisations, ses perspectives et en a profité pour décrocher quelques flèches assassines à l’encontre des détracteurs de l'institution qui, selon lui, manient mensonges et diffamations pour tenter « vainement » de leur – lui et son équipe – mettre des bâtons dans les roues.

 L’ONA est en bonne santé, il n’y a pas de gaspillage, pas de faillite », a déclaré d’un ton rassurant Chesnel Pierre, confortablement installé derrière son bureau aux locaux de la direction générale de l’ONA, à Pétion-Ville. « On parle de gaspillage, de faillite, de caisses dilapidées [alors que] l’ONA supporte ses charges mensuelles, les employés reçoivent leurs émoluments en avance chaque mois », a poursuivi M. Pierre, qui en profite pour apporter un démenti formel à toutes les allégations mensongères et déjouer tous les complots montés de toutes pièces contre l’ONA et contre la direction générale.

« Ce sont des manipulateurs, des fossoyeurs qui pensent toujours et encore qu’en plein XXIe siècle ils peuvent faire la politique par le truchement des mensonges, des diffamations imaginaires, sans fondements réels », a une fois de plus pourfendu le directeur général. « On dit que l’ONA est en faillite alors que les prêts accordés cette année au secteur des ouvriers s’élèvent à plus d’un milliard de gourdes », a-t-il martelé, précisant que le taux d’intérêt est passé de 18 - 22% à 6% fixe. « C’est une aubaine que cette direction générale donne aux ouvriers en termes de sécurité sociale », s’est vanté Chesnel Pierre avant de s’étaler longuement sur ses réalisations.

Installé le 28 mars 2017 à la tête de l’ONA en tant que directeur général, Chesnel Pierre, originaire des Gonaïves, revendique l’adoption d’une série de mesures – la plupart mises en œuvre ou en voie d’implémentation – visant le redressement et la recapitalisation de l’ONA, à travers notamment un processus de rationalisation des dépenses et la mise à profit des compétences existantes.

Durant les 12 derniers mois, dit-il, la direction générale n’a ménagé aucun effort en vue d’assainir ses comptes et de garantir une meilleure affectation des ressources humaines. Le salaire des 2 789 employés et cadres de l’ONA – 1 755 hommes et 1 034 femmes – a été ajusté et leur cadre de travail amplement amélioré moyennant de multiples sessions de formation.

S’agissant des pensionnés, au nombre de 4 896 recensées par zone géographique, ils reçoivent des ajustements de 5% depuis décembre 2017.

Dès son intronisation, Chesnel Pierre dit avoir toujours agi en ayant comme boussole, comme leitmotiv, les promesses électorales du président de la République, Jovenel Moïse, ainsi que sa feuille de route consistant à corriger, innover et donner des résultats. Obnubilé par sa gestion axée sur des résultats, le directeur général dit s’ingénier, dès le premier jour, notamment à améliorer l’efficacité de la sécurité sociale en tant qu’instrument préventif dans le cadre d’un renforcement de la lutte contre la pauvreté.

Fer de lance de cette lutte contre la pauvreté, le programme de microfinance ONAFANM, lancé en août 2017, permet aux femmes, aux petites commerçantes, communément appelées « madan sara » dans le vernaculaire, qui n’ont pas accès au crédit traditionnel, de bénéficier de prêts à un taux imbattable de 1%. « En tant qu’organe de sécurité sociale, c’est pour la première fois que l’ONA vise les « madan sara » et pour un si gros montant », s’est réjoui Chesnel Pierre informant que près de 5 000 « madan sara » sont touchées par ce programme pour un montant total de 125 millions de gourdes.

Ces 5 000 femmes environ, issues d’associations d’entrepreneuses des départements du Nord, du Nord-Ouest, de l’Artibonite, du Sud-Est et de l’Ouest, ont contracté des prêts de 3 à 12 mois, allant de 25 000 à 50 000 gourdes. De plus, ce programme leur offre la possibilité de devenir, au soir de leur vie, des assurées de l’ONA. Ainsi, elles pourront bénéficier de la pension de l’ONA, moyennant qu’elles complètent néanmoin les 20 ans de cotisation et ont les 55 ans accomplis.

« Ceci voudrait dire que l’ONA accorde des prêts à tout le monde, que vous soyez riches ou pauvres, blancs ou noirs, éléments de la classe moyenne, à tout le monde », a tenu à préciser Chesnel Pierre avant de clarifier que l’ONA n’a nullement l’intention de remplacer les institutions de microcrédit de la place. « Ce que fait l’ONA, c’est appuyer les plus faibles en vue d’une société économiquement plus équilibrée », a-t-il fait savoir soulignant au passage que l’ONA est un complément pour les autres banques.

Satisfait des témoignages des bénéficiaires de ce produit à travers le pays, le directeur général de l’ONA estime qu’ONAFANM permet à ces petites marchandes d’avoir une certaine indépendance économique tout en assurant l’éducation de leurs enfants. « C’est un soulagement capital et un apaisement social sans pareil que l’administration Moïse/Lafontant apporte dans les familles haïtiennes », a déclaré M. Pierre indiquant qu’elles seront également couvertes par l’assurance maladie et l’assurance décès de la compagnie d’assurance AIC desservant l’ONA.

Dans le cadre de nouveaux produits lancés sous son leadership, Chesnel Pierre s’est longuement étalé sur l’ONA DIASPORA qui, selon lui, constitue une fenêtre ouverte sur la communauté haïtienne de l’extérieur. A travers ONADIASPORA, les Haïtiens évoluant à l’étranger ont l’opportunité de s’enrôler à l’ONA et de bénéficier des services et avantages comme l’assurance-retraite, les prêts hypothécaires, immobiliers, entre autres.

Après inscription sur le site web de l’ONA, les compatriotes désormais assurés volontaires doivent, à l’aide d’une carte de crédit ou de débit, payer mensuellement 12% du salaire déclaré. A l’âge de la retraite, 55 ans, ils auront droit à 50% du montant brut déclaré par mois moyennant une période de 20 ans de cotisation et pourront jouir de leur pension indépendamment de leur plan de retraite dans leur pays d’accueil.

Ce produit nouveau s’adresse également au groupe d’Haïtiens, des professionnels, ayant quitté le pays après le tremblement de terre de 2010 alors qu’ils avaient commencé à contribuer à l’ONA durant une période allant de 5 à 10 ans. « ONA DIASPORA leur permettra de continuer à payer leurs cotisations jusqu’à atteindre les 20 ans que réclame la loi organique. Quand ils auront 55 ans, ils auront droit à la pension vieillesse de l’ONA », a expliqué Chesnel Pierre non sans souligner qu’au soir de leur vie, ils jouiront de deux pensions : celle de l’ONA et celle du pays d’accueil.

« En outre, les compatriotes de la diaspora peuvent payer la cotisation pour leurs familles et leurs parents vivant en Haïti. Quand ces derniers commenceront à travailler, ils auront une longueur d’avance sur l’âge de la pension », a ajouté Chesnel Pierre.

Entre autres réalisations, le DG de l’ONA s’est félicité de l’informatisation de l'institution moyennant le recrutement d’environ 300 jeunes pour la saisie des données et le déclassement des fiches et documents jusque-là entassés dans des endroits pas convenants. « Très bientôt, les chefs d’entreprise et les cotisants de l’ONA pourront visualiser en ligne sans problème leur état de cotisation », a annoncé M. Pierre, soulignant avoir dynamisé également le service d’impression des cartes de l’ONA.

« Quand nous sommes arrivés, il y avait seulement deux imprimantes. Nous avons déjà acheté deux autres [tandis qu’il] y a une acquisition en instance pour trois autres. On aura sept imprimantes », a indiqué Chesnel Pierre, précisant que l’impression des cartes sera centralisée à Delmas. Par ailleurs, le DG a pris le soin de lister le programme ONAPAM permettant à des dizaines de milliers de familles, de petits commerçants, de particuliers vulnérables et de micro-entreprises de bénéficier de prêts à un taux imbattable sur le marché.

Depuis août 2017, l’ONA est présent à Mirebalais. Pour l’exercice 2017-2018, trois nouveaux locaux seront construits aux Gonaïves, à Ouanaminthe et dans la ville des Cayes. De plus, la direction générale envisage d’approfondir, de transformer et de rendre opérationnel le projet ONA-ville situé au bas du Morne-à-Cabri et qui était destiné à offrir des logements sociaux aux agents de la PNH. Ensuite, l’ONA va engager des pourparlers avec la Fédération nationale des maires (FENAM) afin d’aboutir à un partenariat qui puisse permettre aux employés des voiries municipales, à travers le pays, de devenir des assurés de l’ONA, et ainsi de pouvoir bénéficier des avantages et privilèges offerts.

En guise de perspectives, l’ONA souhaite être plus proche des couches vulnérables et des sinistrés en cas de catastrophes naturelles via ONA-Solidarité. Ce service aura pour mission de représenter l’ONA dans le Système national de gestion des risques et des désastres et, en situation d’urgence, de voler au secours des employés, des assurés et des familles haïtiennes les plus vulnérables. ONA Solidarité compte également supporter la prise en charge clinique des détenus, à travers le pays, et contribuer à rendre salubres les centres carcéraux à l’échelle nationale.

Parallèlement, le numéro un de l’ONA annonce la mise sur pied, du 1er juillet au 30 septembre prochain, d’un programme d’étudiants pour les vacances. « On aura à recruter plusieurs centaines de jeunes à raison de 15 000 à 25 000 gourdes par mois pour dépister les entreprises qui ne sont pas encore affiliées à l’ONA à travers le pays », a fait savoir Chesnel Pierre, estimant comment cette initiative va augmenter l’assiette économique de l’ONA tout en permettant aux jeunes d’avoir une petite économie de vacances pour affronter la rentrée universitaire.

Toujours selon Chesnel Pierre, ce programme sera clos par une cérémonie somptueuse à laquelle assistera le chef de l’État et un certificat d’aptitude sera décerné à ces jeunes à la fin de ces trois mois d’expérience. Par ailleurs, ces derniers seront assistés de directeurs de projet qui vont les aider à monter des plans d’affaires autour d’un projet donné et trois d’entre eux seront sélectionnés et financés à titre de prêt par l’ONA créant ipso facto la montée de jeunes entrepreneurs.

« Ces jeunes ne partiront pas pour le Chili ni pour le Brésil. Ils resteront dans le pays pour mettre à contribution leurs compétences, leur savoir-faire et leurs capacités », a déclaré péremptoirement Chesnel Pierre avant d’annoncer d’autres avantages sociaux prévus pour les employés, assurés et pensionnés de l’ONA. Il s’agit des programmes ONA MART et ONA PHARMA qui accorderont un rabais de 10 à 15% sur le prix d’achat sur simple présentation de la carte de l’ONA aux supermarchés et pharmacies affiliés à l’ONA.

Au bout de sa première année de gestion, des efforts immenses ont été déployés et des mesures de redressement ont été prises sous la direction de Chesnel Pierre afin de réduire considérablement le déficit cumulé, sur plus d’une dizaine d’années, par les administrations précédentes et d’enrichir, par la même occasion, le portefeuille de l’ONA.

En ce sens, le DG informe que l’ONA tient à mettre de l’ordre dans les prêts tout en exhortant les emprunteurs à venir payer au risque de voir leurs noms publiés dans les colonnes du Nouvelliste. « Tous les prêts accordés par cette administration sont des prêts productifs, garantis et bien traités pour le bien-être de l’ONA et conformément à la loi organique du 28 août 1967 », a rassuré in fine Chesnel Pierre.

Patrick ST PRE source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 8 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 9 mois ago