OEA-Venezuela : Haïti a-t-elle le vent en poupe ?

Publié
5 mois ago
Dernière mise à jour
5 mois ago
7950 views
Time to
read
2’

Les présidents Moise et Maduro (Archives)

Bouleversée, fuite vertigineuse de sa population en terre étrangère, la République Bolivarienne de Venezuela connait une grande crise économique depuis un peu plus de deux ans. Ne disposant pas trop grande marge de manœuvre pour faire face à certaines pressions, notamment extérieures pesant très lourdes sur elle que ses alliés dont certains sont en position de faiblesse, c’est le cas d’Haïti sur laquelle le pays des Libertadores (Miranda et Bolivar) va sans doute compter. L’accentuation des pressions de dernières heures évoque beaucoup d’interrogations et des préoccupations en raison du fait que l’on arrive, une fois de plus, à un moment crucial où l’on aura à décider dans moins de 24 heures, à l’OEA sur le sort de Maduro me semble-t-il, et ce malgré la spirale de décisions prises, notamment par le groupe de Lima et l’OEA par le passé.

Les États, dans les relations internationales restent plus que jamais misés sur les rapports de force et motivés par leurs intérêts nationaux respectifs au prisme des réalistes, semblent encore une fois guidés les angles de vues sur lesquels, éditorialistes et experts en relations internationales, expriment leurs analyses. Pendant que les prises de positions se multiplient, des ralliements s’effectuent, certains demandent Haïti va-t-il jouer une bonne carte pour prendre la tangente dans cette affaire? D’autres se montrent relativement inquiets sur l’éventuelle position d’Haïti dans le cadre de ce dossier, qui me semble loin d’être chose facile pour le pays d’exprimer une position sans contraintes lorsqu’on table sur d’innombrables intérêts qui se jouent et les escarmouches qui on eut lieu précédemment dans cette affaire le visant au premier chef.

Peuvent être comprises certaines fois comme un cercle à l’intérieur duquel le compromis est toujours envisageable sans faire cadeau à personne, au sein des organismes multilatéraux, plusieurs États sont l’objet disons mieux d’appel à emboiter le pas dans un sens ou dans un autre lors de l’adoption des résolutions par le groupe porteur ou supporteur de la résolution. N’ayant pas passé aux oubliettes ces réalités combien désagréables parfois, puisque l’orientation d’un État dans les opérations de vote pour adopter les résolutions coûte en général très cher, c’est d’ailleurs ce qui interpelle les éditorialistes et experts en relations internationales en exprimant leurs vives préoccupations par rapport au positionnement de la diplomatie haïtienne dans quelques heures à venir. Parmi tant d’autres éléments sous-jacents, le dossier PetroCaribe, l’amitié entre les deux pays, la « constante de la diplomatie haïtienne », autant d’enjeux que soulèvent ce dossier épineux.   

Sachant que la République d’Haïti est sensée un maillon faible suivant la  configuration de l’OEA, un État sur lequel des pressions peuvent être exercées pour arriver jusqu’à le contraindre à tort ou à raison, à se désolidariser avec un allié de vielle date : le Venezuela. On se rappelle bien de ce même dossier l’année dernière où la diplomatie haïtienne a failli être virgulée et les risques que comportait son choix. Encore d’actualité, Haïti va-t-elle sortie renforcée cette fois ?

Rappelant que le Président de la République, le chef par excellence de la diplomatie haïtienne est en proie à une crise  multidimensionnelle sur laquelle la population attend des réponses concrètes, ce dossier nébuleux qui vient de refaire surface grandit les inquiétudes sur l’éventuelle orientation de la position haïtienne  dans le cadre de ce double événement : l’investiture du président Nicolas Maduro et la tenue de la séance extraordinaire du Conseil Permanent de l’OEA à l’issue de laquelle les États vont se positionner sur les « agissements » de Maduro. Se trouvant au fond, entre l’enclume et le marteau, Jovenel Moïse va certainement envisager sur toutes les lignes ce qui peut lui faire une bonne santé politique, mais pas à n’importe quel prix.
 

Jean Garry VERCY

[email protected]

Author
Étudiant en philosophie et science politique à l'IERAH/ISERSS Jeune député de Jacmel au parlement jeunesse d'Haïti

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 1 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 1 mois ago