Novum tacle le BMPAD

Publié
7 mois ago
Dernière mise à jour
7 mois ago
2619 views
Time to
read
3’

Le Novum Energy Trading Corp a descendu en flammes le BMPAD. Le grief du broker, gagnant d’un grand nombre d’appels d’offres ces dernières années, n’est pas lié aux 37 millions de dollars américains d’arriérés accumulés par le BMPAD.

Le  Novum Energy Trading Corp, dans un communiqué de presse signé le 2 mars 2019, a indiqué être « extrêmement déçu du comportement du BMPAD au cours du processus d'appel d'offres actuel ». Il est « très clair pour nous que des pressions sont exercées au sein de l'organisation pour faire en sorte que les entreprises locales puissent remporter les appels d'offres à tout prix sans se soucier du peuple haïtien », a accusé Novum.

« Les actions du BMPAD ne sont clairement pas dans l’intérêt du pays en cette période politiquement instable, où maintenir le pays approvisionné en produits pétroliers est le principal objectif du président en exercice », a affirmé Novum.

 Pour Novum, sans un changement de cap, « il est inévitable que les prix du pétrole dans le pays augmentent rapidement, sans contrôle et uniquement au profit des sociétés de distribution locales qui disposeront d'un monopole sur le marché ».

« Malgré la situation actuelle, Novum est toujours pleinement résolu à fournir au gouvernement et à la population d'Haïti le meilleur prix disponible pour ses besoins en produits pétroliers et nous implorons le BMPAD d'agir de manière indépendante des distributeurs locaux, comme le lui incombe le gouvernement », lit-on dans ce communiqué de Novum, qui évoque le spectre d’une pénurie d’essence et tacle Dinasa.

« Si Novum est finalement disqualifié, alors, rien qu’avec le diesel et Jet, Dinasa et Total factureront au BMPAD (et finalement au peuple haïtien) un montant total d'environ US 700 000 dollars de plus que le «meilleur» prix réel proposé à l'appel d’offres. Qui plus est, une pénurie d’essence semble imminente étant donné qu’aucune autre société n’a fourni de prix d’appel d’offres », lit-on dans ce communiqué.

Réaction de la Dinasa

La Dinassa, dans un communiqué en date du 6 mars 2019, a indiqué qu’elle ne « commentera le processus » d’appel d’offres. « Cette décision revient à l’administration en question », a écrit la Dinasa, qui a toutefois tenu à « rectifier l’erreur qui a été faite concernant le coût du carburant importé ». « En effet, Novum Energy a écrit dans le 3e paragraphe de la 3e page ce qui suit : « Si Novum est finalement disqualifié, alors, rien qu’avec le diesel et Jet, Dinasa et Total factureront au BMPAD (et finalement au peuple haïtien) un montant total d'environ US 700 000 dollars de plus que le «meilleur» prix réel proposé à l'appel d’offres. Qui plus est, une pénurie d’essence semble imminente étant donné qu’aucune autre société n’a fourni de prix d’appel d’offres ». En réalité, l’offre de la Dinasa pour les 275 000 barils de diesel et les 74 000 barils de kérosène permettra une économie de 369 000 dollars comparativement à l’offre faite par Novum », lit-on dans le communiqué de la Dinasa signé par la responsable de communication externe, Émilie Grandoit.

Le journal a tenté sans succès d’obtenir un commentaire du directeur général du BMPAD, Ignace St-Fleur, sur les accusations de Novum et le spectre de pénurie mercredi et jeudi. Il n’a pas répondu aux appels du journal. Le ministre de l’Économie et des Finances, Ronald G. Décembre, n’a pas encore répondu aux appels du journal non plus.

La semaine dernière, le journal avait appris que la dette de plus de 5 milliards de gourdes de l’Etat envers les compagnies pétrolières a posé des problèmes de trésorerie. « Il y a un problème très sérieux au niveau du ministère de l'Économie et des Finances et des compagnies pétrolières. Les douanes doivent plus de 5 milliards de gourdes aux compagnies pétrolières. Si rien n’est fait, les compagnies pétrolières ne vont plus avoir d’argent pour importer le carburant. Et pour l’instant, rien n’est fait. C’est un problème qui dure depuis longtemps », avait confié une source proche d’une compagnie pétrolière, soulignant qu’à côté du problème d’accès à temps au dollar, se pose désormais le problème de disponibilité de cash flow, de gourdes pour acheter des dollars.

Le journal a appris de sources proches du milieu qu’une cargaison de diesel et de gazoline devra arriver d’ici la fin de cette semaine. Cependant, il y a désormais une différence à faire entre produit arrivé et produit délivré.

Depuis maintenant plusieurs années, la vie sur le marché pétrolier ne se déroule pas comme un fleuve tranquille. Il y a des positionnements pour des parts de marché et des confrontations.

Source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 5 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 6 mois ago