Vers une nouvelle implication de la diaspora en Haïti

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
7911 views
Time to
read
4’

Stephanie Auguste

Le politologue Fernando Estimé a réalisé une édition spéciale dans le cadre de la poursuite de son périple sur la diplomatie haïtienne avec la Ministre des Haïtiens Vivant à l’Étranger Dr Stéphanie Auguste dans les locaux du ministère. Il a été question pour la Ministre dans cette nouvelle sortie de Sans Frontières, d’intervenir sur un point qui tient aux aguets ces derniers temps, bon nombres de nos compatriotes : la diaspora haïtienne. Comment la République d’Haïti peut utiliser de manière efficiente sa diaspora ? Telle a été la question formant le socle de son intervention.

D’entrée de jeu, la Ministre a fait une présentation de son parcours académique et professionnel en médecine et a tenté d’éclairer lanterne de l’auditoire de la Radio Télévision Caraïbes, en particulier les membres de la diaspora haïtienne sur l’utilité, le champ d’intervention de son Ministère de rattachement par rapport à certains Ministères comme le Ministère des Affaires Étrangères, le Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales. 

À travers son intervention, il y a lieu de constater un véritable imbroglio. En raison du fait que la réalité du Ministère des Haïtiens Vivant à  l’Étranger est confondue à celle de beaucoup d’institutions étatiques. Car  après plus de vingt ans d’existence, le MHAVE ne dispose pas encore d’une loi organique régissant son fonctionnement, laquelle constitue le véritable pivot sur lequel devrait tourner toutes les actions du ministère. Dans les années précédentes, le MHAVE n’avait même pas de fonds alloué à l’investissement, tout le budget était destiné au fonctionnement du Ministère. Il a fallu attendre son arrivé pour changer la donne, avec l’élaboration de certains projets fertiles,  a rappelé la Ministre Stéphanie Auguste. 

Au cours de son intervention à l’émission Sans Frontières, la seule plus grande vitrine du panorama médiatique haïtien en matière de politique internationale, le présentateur vedette de l’émission, l’expert des relations internationales Fernando Estimé, a permis à la Ministre de propulser une fois de plus l’image de son Ministère ainsi que les grandes lignes de sa feuille de route, qui est relativement connue par la diaspora haïtienne, en vue de mettre cette dernière au parfum sur la façon dont ses membres peuvent être utiles autrement au pays. Ainsi, la Ministre en a profité pour lancer un vibrant appel aux membres de la diaspora sur la nécessité de ne pas adresser uniquement des fonds voués à la consommation pour des proches ou membres de la famille mais aussi d’investir en Haïti. Et, l’administration Moïse/Lafontant à travers MHAVE se donne pour mission de les accompagner, les orienter, les encadrer en créant des pistes pour qu’elles viennent investir chez elles, poursuit la Ministre.

En interrogeant la Ministre des Haïtiens Vivant à l’Étranger, le politologue Fernando Estimé de par son expérience,  affirme que les haïtiens dans la diaspora qui ont tendance à ne pas s’exhiber en tant qu’haïtien, ils ne le font pas parce qu’ils n’aiment pas le pays ou parce qu’ils sont de mauvaise foi. Ils ont Haïti dans l’âme, croit Mr. Estimé. Mais, Ils sont déçus par l’image dont les dirigeants haïtiens se font d’Haïti à l’étranger. La diaspora haïtienne veut que les dirigeants haïtiens utilisent à bon escient les ressources du pays et prendre des décisions politiques affirmatives leur permettant de retrouver au moins leur aura d’antan, a insisté  Fernando Estimé.

La Ministre eut à faire le point sur la semaine de la diaspora qu’elle a lancé le lundi 16 avril 2018 et qui a pris fin le vendredi 20 avril 2018. Bien qu’elle ne sache pas exactement à combien s’élève le nombre d’haïtiens vivant à l’étranger, même ceux vivant en République Dominicaine, la Ministre des Haïtiens Vivant à l’Étranger Dr Stéphanie Auguste a présenté toutefois, les objectifs de cette activité qui vise essentiellement à faire une mise en commun, où les membres de la diaspora peuvent se rencontrer mutuellement pour échanger et éventuellement offrir leur expertise harmonieusement au développement du pays à travers des investissements dans des secteurs clés.

Madame Auguste souhaiterait que les membres de la diaspora viennent s’investir en Haïti surtout dans l’éducation car le transfert de connaissances et de compétences constitue le pilier sur lequel doit reposer le pays, a-t-elle martelé. Et, Madame Auguste pense que la diaspora haïtienne doit avoir aussi la voix au chapitre pour faire passer sa vision dans les affaires du pays et ce pour le plein épanouissement de ce dernier. 

Madame Auguste croit également que la diaspora haïtienne mérite d’être honorée tous les jours pour la contribution qu’elle apporte au pays qui est, d’ailleurs, beaucoup plus importante que l'aide accordé par l’international. Et la Ministre invite les membres de la diaspora à converger leurs efforts pour venir investir en Haïti peu importe leurs provenances : du Chili, des États-Unis, du Canada, la France etc.

Bien que le MHAVE ne dispose pas d’un budget lui permettant de mener à bien ses activités, c’est d’ailleurs le ministère ayant le portefeuille le plus bas dans le budget national. Toutefois, par ses actions, la Ministre se dit entendre laisser une bonne image et donner beaucoup plus de visibilité à ce ministère. À titre d'exemple, elle a cité un jeune haïtien vivant à Guadeloupe qui veut s’investir dans la gestion des déchets en Haïti et que le ministère compte l’encadrer pour mener à bon port cette initiative. La Ministre invite, par ailleurs, les jeunes du pays à la fois à s’éduquer davantage et à développer l’esprit d’initiative pour pouvoir se prendre en charge dans les proches avenirs sans qu’ils n’y aient besoin de se rendre à l’étranger.

L’investissement crée des emplois, la création d’emploi facilite un salaire aux ménages, le salaire permet le pouvoir d’achat, schéma agréablement bien calculé du côté de la Ministre selon les grandes lignes de son intervention.  Mais, comment la République d’Haïti peut utiliser de manière efficiente sa diaspora dans cette lignée-là? Question à laquelle la Ministre Stéphanie Auguste n’a pas encore de réponse me semble-t-il. L’on se demande donc, quelles sont les garanties offertes à la diaspora haïtienne avec les vagues d’improvisations, de vacillements qui sont en train d’être opérés au sein même de la structure organisationnelle de l’État haïtien ? Autant de questions que la République d’Haïti doit répondre pour encourager des investissements productifs de sa diaspora et d’autres investissements directs étrangers.

Jean Garry VERCY

 

Author
Étudiant en philosophie et science politique à l'IERAH/ISERSS Jeune député de Jacmel au parlement jeunesse d'Haïti

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 3 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 4 mois ago