Une nouvelle étoile pour l’école nationale d’infirmières des Cayes

Publié
8 mois ago
Dernière mise à jour
8 mois ago
3603 views
Time to
read
2’

Ecole Infirmiere des Cayes

L’école nationale d’infirmières des Cayes clôture l’année 2018 en beauté pour ses performances aux examens d’Etat des écoles d’infirmières du pays, comme c’est le cas depuis une dizaine d’années. La réussite de cette année est éclatante. 48 postulantes admises sur 49. Les résultats de cette année confirment la tradition d’excellence de cette institution aux examens d’Etat.

De 2007 à 2018, cette école a dominé le classement du taux de réussite aux examens d’Etat, hormis les années 2011 et 2013 où elle était en deuxième position dans le tableau d’honneur. La direction et le personnel de cette école peuvent se réjouir de fournir aux étudiants de plusieurs générations un enseignement de qualité et d'imposer une discipline hors du commun pour pouvoir tenir le haut du pavé.

Avec la multiplication des écoles d’infirmières privées, dont de nombreuses offrant une formation au rabais, la ministre de la Santé publique et de la Population, le docteur Josette Bijou, a mis en place en l’année 2006 une structure disparue depuis belle lurette au ministère de la Santé publique et de la Population, la Direction de formation et de perfectionnement en sciences de la santé (DFPSS). Depuis lors, cette entité a rempli sa tâche avec brio, en ce qui concerne les examens d’Etat.

Les premières contestations des étudiantes des écoles nationales d’infirmières, qui se croyaient exemptes de ces examens, n’avaient pas ébranlé la DFPSS du MSPP. Il y a quelques mois, des postulantes ayant échoué aux examens d’Etat avaient manifesté devant le siège du ministère pour réclamer la baisse de la moyenne de réussite aux examens d’Etat. Ces réclamations sont restées lettre morte, car les responsables de cette direction continuent de suivre les directives qui contribuent à renforcer la performance des écoles d’infirmières à travers le pays.

Nonobstant les flèches et les reproches qui sont souvent dirigés contre le ministère de la Santé publique et de la Population pour diverses raisons, il y a lieu d’accorder une note positive à cette direction et aux différents ministres de la Santé qui se sont succédé et qui ont toujours voulu renforcer les structures de cette entité. Cependant, si cette direction concerne les sciences de la santé, qu’est-ce qui empêche le ministère de mettre en branle les mécanismes pour passer au laminoir l’ensemble des postulants provenant des disciplines qui se rapportent aux sciences de la santé et de subir les examens d’Etat pour l’obtention de leur diplôme d’Etat ? Ce serait un grand pas sur le chemin de la normalisation de toutes les disciplines des sciences de la santé. Le ministère de la Santé publique et de la Population a intérêt à ouvrir le débat sur ce dossier avant d’enclencher le processus de modification de sa loi organique qui doit contenir les provisions en matière de normes, procédures et principes généraux.

Combien de temps faudra-t-il à la ministre de la Santé publique et de la Population pour mettre en branle ce processus ?

Lemoine Bonneau source Le Nouvelliste

[email protected]

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 4 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 5 mois ago