Moïse et Céant sauront-ils changer de méthodes ?

Publié
11 mois ago
Dernière mise à jour
11 mois ago
6406 views
Time to
read
2’

Frantz Duval

Ces dernières heures, des dossiers prioritaires comme le premier recrutement de personnels militaires par les Forces Armées d’Haïti (FAD'H) et les avancées dans les relations entre Haïti et Taïwan ont été traités par la voie institutionnelle. Les FAD'H ont émis un communiqué et le ministère des Affaires étrangères a eu recours à la même voie pour faire le point sur la visite d’une délégation d’officiels de la République de Chine, nos fameux amis taïwanais.

Cette fois, ce ne sont pas des annonces du palais national, des porte-paroles de la présidence ou de la primature qui ont informé la population. Les institutions en charge ont assuré leur rôle.

Moins de vingt-quatre heures auparavant, à l’occasion de la présentation du plan d’électrification d’Haïti 24h/24, le président de la République et le premier ministre n’avaient pas pris la parole devant la belle assemblée réunie au Karibe Convention Center en la circonstance.

Mardi soir, Jovenel Moïse et Jean-Henry Céant sont restés assis à écouter les responsables techniques et politiques, les directeurs généraux de l’EDH et de l’ANARSE, ainsi que le ministre des TPTC, en charge du secteur de l’énergie, vendre la vision de leur institution. Comme des grands, le ministre et les deux directeurs généraux ont pris des engagements devant la nation.

Ce changement d’attitude, cette réserve nouvelle et cette retenue ont été très remarqués. Il n’est pas fréquent sous le règne de l’administration Moïse depuis vingt mois de voir président et premier ministre céder la préséance, voire laisser toute la lumière aux fusibles.

Moins d’engagements directs, moins de promesses, plus d’implication des responsables sectoriels sont des attitudes souhaitables. À chaque fois qu’un ministre, un directeur général, un haut cadre à la chance de s’engager personnellement, à chaque fois qu’il se sent lié par ce qu’il annonce, à chaque fois que le président ou le premier ministre le laisse faire, les besoins du pays sont pris en charge par une femme ou un homme responsabilisé (e), impliqué (e), obligé (e) de résultats.

Après le choc du 17 octobre, allons-nous assister à la fin de l’infantilisation de nos ministres, directeurs généraux et autres cadres ?

Trop tôt pour l’affirmer.

Cependant, il serait bon de multiplier à l’infini les prises de parole publique des responsables sur les dossiers qui les concernent.

À quand une conférence de presse conjointe du ministre de la Justice et de la Sécurité publique et du chef de la police sur la situation sécuritaire du pays ?

À quand une conférence du ministre de la Jeunesse et des Sports et du secrétaire d’Etat à l’Intégration des personnes handicapées sur l’avenir du handisport en Haïti ?

À quand une grande présentation comme celle sur l’énergie électrique sur la Caravane du changement ? Sur la lutte contre la contrebande ? Sur la politique de subvention des produits pétroliers Etc., etc… ?

Ces dernières années, la communication pour louer les efforts du chef de l’État a remplacé la communication sur le travail des institutions en faveur des citoyens, le résultat obtenu, comme les ressources sont limitées et les problèmes nombreux, laisse croire que le chef fait tout pour lui et rien ou pas assez pour nos problèmes.

De plus, il est devenu impossible d’identifier fautifs et responsables, sinon deux, le président et accessoirement le premier ministre.

Pour sortir de sa mauvaise passe et sauver le reste de son mandat, Jovenel Moïse et son actuel premier ministre Jean Henry Céant ont avantage à changer de méthode de gouvernance et d’objectifs de communication.

On ne peut pas être en campagne électorale en permanence, ni faire l’économie de dire la vérité à la population.

Editorial du Nouvelliste

Author

Frantz Duval collabore au Nouvelliste depuis 1985. Il a une grande histoire de fidélité et de passion avec Le Nouvelliste où il a occupé les postes de responsable Création et Interactivité à partir de 2002 et de responsable de la section Economique à partir de 1994. Directeur de publication de Ticket et...

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 5 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 5 mois ago