L’horizon de la Primature

Publié
6 jours ago
Dernière mise à jour
6 jours ago
1844 views
Time to
read
3’

Mercredi, en milieu de soirée, plusieurs groupes de députés se sont réunis dans plusieurs hôtels de Pétion-Ville. La conduite à tenir concernant la ratification de la politique générale du Premier ministre nommé, Me Jean Henry Céant, était au cœur de leurs discussions, a appris le journal de plusieurs députés ayant requis l’anonymat.

Pour le moment, en raison des fissures au niveau de l’APH, une majorité qualifiée de «disloquée», rien n’est encore acquis pour Jean Henry Céant dans sa marche vers la Primature. Le bloc, autour de 70 députés, traversé par des courants, regorge de positions antagoniques. D’un côté, il y a les pro-Jovenel Moïse qui sont disposés à ratifier la politique générale de Jean Henry Céant et de l’autre, près d’une trentaine de députés étiquetés «gagnant-gagnant» menés par le président de la Chambre des députés Garry Bodeau, est plus proche de la fronde que de l’indécision, ont résumé d’autres sources proche du Parlement. La fracture au sein de l’APH s’est renforcée, entre autres, du fait du rôle joué par le président Garry Bodeau qui avait pressé le président Jovenel Moïse à montrer la sortie, contre son gré, au Premier ministre Jack Guy Lafontant.

Si Garry Bodeau, en bon tacticien politique, s’est opposé au président Jovenel Moïse, il l’a fait pour sauver les meubles parce que le spectre d’un chambardement total planait encore après les événements du 6,7, 8 juillet quand il est devenu évident que Jack Guy Lafontant, appuyé par Jovenel Moïse, s’accrochait à son fauteuil à la Primature. Pour le moment, le tweet de l’homme d’affaires Réginald Boulos qui conseille au Premier ministre nommé Jean Henry Céant de choisir des gens compétents, intègres, efficaces pour résoudre les problèmes liés à la misère du peuple et de se retirer au lieu de perdre sa dignité en acceptant d’entrer des combines, a irrité des députés du groupe de Gary Bodeau, a appris le journal de sources proches du Parlement. «Pour ces députés, si Jean Henry Céant tombe, ce sera à cause de Réginald Boulos», a confié, off the record un député qui note le précédent escarmouche autour de la corruption entre l’homme d’affaires et un député sur Twitter.

Par ailleurs, même s’il ne va pas jusqu’à dire que l’horizon se dégage, un député sympathique au leader de Renmen Ayiti, a assuré au journal que «le Premier ministre Jean Henry Céant se bat pour ne pas être un ballon d’essai ». Le Premier ministre nommé rencontre, multiplie les appels, essaie de construire une majorité. Il a aussi l’appui du chef de l’Etat qui, par maladresse, lors de son discours en grande partie improvisé lors de la cérémonie de présentation, n’avait, à aucun moment, appelé le Parlement à voter en faveur de la politique générale du Premier ministre nommé, Me Jean Henry Céant. «Le président supporte Me Jean Henry Céant même s’il n’a pas appelé le Parlement à voter sa déclaration de politique générale. C’est peut-être une erreur de ne pas l’avoir fait parce qu’on analyse ce que dit le chef de l’Etat et surtout ce qu’il ne dit pas dans cette conjoncture. Mais je vous assure qu’il supporte le choix de Jean Henry Céant», a assuré une source proche de la présidence.

Entre-temps, off the record lui aussi, un député du groupe 16, a confié que ce groupe n’a pas encore de position officielle sur la ratification de la politique générale et la constitution du cabinet ministériel. «Le groupe observe afin de comprendre les vrais raisons du choix du Premier ministre nommé, Jean Henry Céant. On ne sait pas si c’est un ballon d’essaie. On tente de décrypter l’attitude et le comportement du président Jovenel Moïse vis-à-vis de ses alliés», a expliqué ce député. Si l’on s’en tient aux tractations de ce mercredi, les sources contactées par le journal ont souligné que Me Jean Henry Céant, notaire bien connu de la place, a le soutient de grandes personnalités du secteur privé considérées comme des alliés de l’ex-président Michel Martelly.

Ces sources ont aussi pris le soin de souligner qu’en politique tout est dynamique. Tout peut aller très en faveur de Jean Henry Céant. L’inverse n’est pas à écarter non plus à ce stade à un peu plus d’un an des prochaines législatives en octobre 2019. Au cœur de la recomposition des forces en présence, il y a surtout cette perspective qui repousse, au fait, les annonces de rupture, de changement au bénéfice du peuple, a pesté un vieil observateur de la politique en Haïti…

Roberson Alphonse Source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
3 mois 2 semaines ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
1 année 3 mois ago