L’hôpital de référence du Sud pris dans un étau

Publié
10 mois ago
Dernière mise à jour
10 mois ago
2023 views
Time to
read
2’

Hopital Ofatma - Les Cayes

L’Hôpital Immaculée Conception des Cayes n’est pas l’exception qui confirme la règle en ce qui a trait au fonctionnement des hôpitaux départementaux. Pris entre un personnel médical insuffisant et le manque criant de ressources financières et matérielles, le centre hospitalier de référence du département du Sud est investi d’une mission qu'il ne peut assumer.

Sur le papier, le Sud ayant pour chef-lieu la commune des Cayes, fait partie des quatre départements les plus pourvus en termes de professionnels sanitaires, à côté de l’Ouest qui remporte la palme, le Nord et l’Artibonite. Ce département dispose d'environ 6. 62 professionnels de santé pour chaque 10 000 habitants alors que la moyenne générale pour toute la population, estimée à plus de 10 millions d’habitants, est de 6. Les spécialistes de la santé, il n’en manque pas non plus. Mais trouver un, certaines fois, peut se révéler un casse-tête chinois.

«Le problème, c’est qu’ils ne sont pas toujours disponibles car ils ne résident pas dans les villes du département. Parfois, lorsqu’on on a une urgence, ou quand on appelle le médecin, celui-ci vous répond qu’il est en chemin», se plaint le directeur médical de l’Hôpital Immaculée Conception des Cayes, le Dr Joseph Yves Domerçant, lors d’un entretien téléphonique accordé au journal ce jeudi.

Les responsables des hôpitaux départementaux ont les pieds et mains liés et exercent difficilement leur autorité sur le personnel médical. Ces derniers évoquent « le salaire trop faible » pour cette catégorie du personnel et surtout les arriérés accumulés. «Pour créer la stabilité des services, et pour garder le médecin au chevet des patients, il faut s’organiser», a préconisé le médecin, détaillant que «6 gynécologues, 3 pédiatres, 3 orthopédistes, 2 internistes… » sont affectés à l’hôpital.

L’absence au travail des médecins, des infirmières et des techniciens n’est pas le seul fléau auquel doit faire face la principale institution sanitaire publique du département. Les responsables doivent joindre les deux bouts pour combler le manque criant de ressources financières et matérielles. L’hôpital n’est pas émargé dans le budget du ministère de la Santé publique et de la Population mais reçoit, de manière irrégulière, des allocations de la direction départementale.

« On prodigue des soins dans des conditions difficiles à l’image de notre salle d'urgence sous-équipée», a révélé un médecin, sous couvert de l’anonymat, qui fait comprendre que les effets de l’ouragan Matthew qui avait mis en 2016 à genoux le département sont encore visibles.

L’Hôpital Immaculée Conception des Cayes, malheureusement, n’est pas le seul à être confronté à ce problèmes. Les hôpitaux publics de Port-Salut, de Camp-Perrin, d’Aquin… sont du même lot. Les habitants peuvent néanmoins compter sur l’hôpital Bonne Fin (privé), l’hôpital Saint-Boniface (privé non lucratif), OFATMA en cas de besoin.

Le Sud dispose de 77 institutions sanitaires, selon le rapport de la liste des institutions sanitaires du pays. Les dispensaires (49,35%) constituent les principaux points de prestation de services. Les centres sans lits (19,48%) et les centres avec lits (18,18%) totalisent 38% des structures sanitaires.

Edrid St Juste source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 4 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 5 mois ago