Les Nations unies préparent une mission sans appui à la paix en Haïti

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
3390 views
Time to
read
3’

Helen Meagher La Lime

La Mission des Nations unies pour l'appui à la justice en Haïti (Minujusth) a célébré la Journée des Nations unies ce 24 octobre qui marque le 73e anniversaire de l’entrée en vigueur de la charte de l’ONU. C’était l’occasion pour la cheffe de ladite Mission, Helen Meagher La Lime, d’annoncer que les agents onusiens préparent le départ de la Minujusth de laquelle ne devrait s’ensuivre aucune autre opération de maintien de la paix. La représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies a en outre présenté un bilan des réalisations de la Mission, dont le mandat arrive à terme le 16 octobre 2019.

«Comme vous le savez, le Conseil de sécurité des Nations unies a donné un mandat de deux ans à la Mission des Nations unies pour l'appui à la justice en Haïti. Cela signifie que nous sommes en face d’une transition vers une présence des Nations unies sans maintien de la paix après octobre 2019», a d'entrée de jeu déclaré Helen Meagher La Lime lors d’une conférence de presse. Selon La représente de l'ONU en Haïti, cette transition se prépare avec les autorités gouvernementales et les 19 agences des Nations unies qui continueront à apporter leur soutien au pays après le départ de la Minujusth.

Ainsi, une stratégie de sortie qui comprend 11 objectifs et 46 indicateurs très précis a été mise en place en coordination avec les autorités compétentes. Parallèlement, les 19 agences, fonds et programmes des Nations unies présents en Haïti évaluent les activités résiduelles qui devront éventuellement être reprises après le départ de la Minujusth qui tend notamment à renforcer le système judiciaire haïtien.

Par ailleurs, Mme La Lime, qui a pris les rênes de la MINUJUSTH le 1er août 2018, a profité de cette célébration pour évoquer des réalisations de ladite mission qui prône principalement l'établissement d'un État de droit, le respect des droits humains et le renforcement de la Police nationale d’Haïti (PNH).

«Pour la PNH, après la mise en œuvre du plan stratégique 2017-2025, d’importants progrès ont été constatés grâce à l’implication de tous les acteurs. Le nombre d’agents de la police nationale est désormais de l’ordre de 15 735, dont 1 568 femmes», a fait savoir Helen Meagher La Lime qui a souligné l’importance de la présence des femmes au sein des forces de l’ordre. Afin de renforcer la présence féminine dans la PNH, a-t-elle renchéri, la MINUJUSTH et l’ONU Femmes, de concert avec la PNH et ministère à la Condition féminine et aux droits des femmes (MCFDF), mettent en œuvre un projet pour encourager les femmes à intégrer la police.

À en croire la successeure de Susan D. Page, la Minujusth essaie aussi de renforcer la présence de la PNH à travers les dix départements géographiques du pays. À cet effet, 21 projets de construction et de réhabilitation de commissariats ont été lancés un peu partout dans le pays. Ce qui, selon Mme La Lime, a permis d’accroître la couverture territoriale de la PNH.

D’un autre cran, estime la responsable de la Minujusth, la promulgation de lois clés est un atout pour renforcer l’État en Haïti. «À ce titre, je salue les travaux des parlementaires qui ont permis l’adoption de la loi sur l’assistance légale. Dès sa promulgation, la Minujusth se tient prête à appuyer le MJSP pour la formulation du plan d’action», a-t-elle garanti. Nous continuerons, a enchaîné la diplomate américaine, de promouvoir l’adoption du nouveau Code pénal et du Code de procédure pénale à travers des conférences que nous organisons.

Étant donné que la surpopulation carcérale et la détention préventive prolongée sont des problèmes cruciaux en matière de droits de l’Homme, la cheffe de la Minujusth dit intervenir pour pallier ce fléau. La mission qui entend renforcer le secteur judiciaire a déjà permis la libération de plus de 250 prisonniers qui n’auraient pas dû être sous les verrous. «Nous appuyons la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP) dans la certification de neuf prisons afin de respecter les normes internationales», a-t-elle informé avant d’ajouter que la mission finance deux bureaux d’assistance légale (BAL) installés au Pénitencier national, le plus grand centre carcéral du pays.

Entre autres, Helen Meagher La Lime dit appuyer le ministère de la Justice et de la Sécurité publique (MJSP) ainsi que le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ). Il s’ensuit que la Minujusth a organisé des ateliers de mise à jour des indicateurs de performance des greffiers et des parquets pour la redynamisation de l’inspection judiciaire.

Pour réprimer la violence, les responsables de la mission ont en outre confié qu’ils ont lancé 23 projets à travers le pays, dont trois à Martissant. Ces projets visent notamment à faciliter le dialogue au sein de la communauté, générer des emplois et résoudre les conflits. «On prend cette initiative avec l’aide d’acteurs nationaux, dont le gouvernement et la société civile», a expliqué la représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies. «Avoir un impact concret dans le quotidien est le souci des Nations unies et donc de la Minujusth. Nous n’allons pas baisser les bras en Haïti», a-t-elle rappelé.

Caleb Lefevre source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 7 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago