Le Sénat se remet au travail lentement

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
7831 views
Time to
read
1’

Ce devait être la séance charnière de l’ère Lambert. Après des heures de débats, des redites sur les faits de corruption mentionnés dans le rapport PetroCaribe, les élus, qui n’étaient pas plus que 17, avançaient lentement mais sûrement vers un accord, censé relancer, après deux mois de tâtonnements, les travaux parlementaires et redonner en même temps du sourire au président du Sénat, Joseph Lambert, fatigué de voir son début de mandat grippé par l’affaire PetroCaribe. Mais le malaise du sénateur Nawoon Marcellus, atteint d’une poussée de tension en pleine séance, vient tout changer. La séance est mise en continuation pour jeudi.

Des collègues ont transporté en catastrophe le sénateur du Nord à l’hôpital Bernard Mevs. Et presque tous les élus ont accouru à son chevet. « Tansyon senatè an 21/16. Il serait inélégant et même inhumain de voter, dans une telle circonstance », a affirmé au Nouvelliste le président du Sénat, Joseph Lambert, les yeux rougis, peu après avoir suspendu la séance. L’aguerri sénateur du Sud-Est, satisfait des débats, ne regrette pas qu’il n’ait pas eu le temps de passer au vote le compte rendu de la séance du 1er février – qui a provoqué la « crise » au Sénat. Il préfère tabler sur le « pas franchi dans la bonne direction », en vue d’un dénouement de la situation.

« Il est toujours important pour que dans le dialogue et dans la compréhension l’on arrive à des résultats concluants », a enchaîné le sénateur Joseph Lambert, soulignant que la « parole est thérapeutique ». Justement, au cours de la séance, le sénateur Jean Renel Sénatus, qui ne souhaite pas que le rapport PetroCaribe meure, a démonté la résolution votée par la majorité présidentielle renvoyant le dossier à la Cour des comptes. Le sénateur Youri Latortue, alors qu’on s’acheminait vers l’accord, a émis le vœu à ce qu’on accorde un délai à la Cour des comptes pour faire son travail. Beaucoup ont été dits ; beaucoup ont été surtout redits.

Les pères conscrits ont encore reconnu que l’argent vénézuélien a été gaspillé. Fait surprenant : on a appris aujourd’hui que le vote de la résolution renvoyant le dossier PetroCaribe à la Cour des comptes est un coup de Francenet Dénius, sénateur Verite des Nippes, mais zélé supporteur du pouvoir Tèt kale, contrairement à Antonio Chéramy. Le jour de la séance du 1er février, les sénateurs PHTK Walnique Pierre et Pierre François Sildor ont voulu attendre le mardi 6 février pour la reprise de la séance, comme l’a fixé Joseph Lambert la veille. Francenet Dénius s’y était opposé et avait demandé de passer la proposition de résolution au vote. Voilà le bon côté du compte rendu, celui de faire tomber les masques.

Juno Jean Baptiste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 6 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 6 mois ago