Le pays n’a pas un problème de gouvernement mais de management, dixit Gary Bodeau

Publié
9 mois ago
Dernière mise à jour
9 mois ago
3053 views
Time to
read
2’

Le président de la Chambre basse Gary Bodeau ne partage pas la position du président de l’APH Jean Wilson Hyppolite qui, cette semaine, s’est exprimé en faveur d'un remaniement ministériel. Cette position en un certain sens n’engage que le bloc APH, a déclaré le député de Delmas ce vendredi sur les ondes de Radio Magik 9. Contrairement à son collègue, il est plutôt partisan d’un dialogue en vue de trouver un « accord sur les désaccords ». Il informe que le bureau qu’il dirige a déjà entamé une série de dialogues avec les présidents des différentes commissions et des différentes blocs, y compris le bloc APH.

« Le pays n’a pas un problème de gouvernement. Il n’a non plus un problème de Premier ministre ni de président », croit Gary Bodeau. Le véritable problème du pays est, selon lui, un problème de management. Ce problème de management se trouve à tous les niveaux, ajoute-t-il. Le dialogue que prône Gary Bodeau, ce sera l’occasion de mettre sur la table tous les sujets qui fâchent.» Parmi les sujets qui fâchent, Gary Bodeau évoque la question de la formation du Conseil électoral permanent, la dépréciation accélérée de la gourde, la question du budget, de l’amendement de la Constitution et de la réforme de la justice.

Gary Bodeau a noté certaines décisions du chef de l’État, notamment dans le domaine de l’énergie et des travaux publics. « Plusieurs membres du secteur privé des affaires s’estiment lésés par la politique du président Jovenel Moïse dans le domaine de l’énergie et des travaux publics », précise-t-il. Gary Bodeau n’a pas oublié de mentionner parmi ces sujets qui fâchent figurent le dossier PetroCaribe et le problème de l’insécurité dans plusieurs points du pays. « Ce sont ces questions qui méritent d’être débattues dans un dialogue national. Je ne vois pas pour le moment de remaniement ministériel », souligne-t-il tout en appelant ses collègues à se contenter de remplir leur rôle de contrôle de l'action du gouvernement. .

Le président de la République a lancé il y a huit mois les états généraux sectoriels de la nation, conçus comme un espace de dialogue entre les fils et les filles du pays. « Ces états généraux permettent-ils vraiment aux véritables protagonistes de se réunir autour d’une table », se demande le président de la Chambre basse, qui a insisté sur ce qu’il appelle un « dialogue national ».

Jovenel Moïse, un homme « très proactif ».

Le président de la chambre basse a par ailleurs vanté la bonne volonté du chef de l’État, qui, selon lui, est « très proactif ». « On ne peut pas remettre en doute sa bonne volonté. Personne ne peut mettre son intelligence en doute », dit-il. Gary Bodeau pense que le pays devrait collaborer avec le chef de l’État avec son discours portant sur l’eau, l’énergie entre autres. L’erreur du chef de l'État c’est qu’il était allé « trop vite en besogne », estime Gary Bodeau. Il en a profité pour féliciter le président Jovenel Moïse qui n’avait pas pris la parole au Karibe Convention Center et qui avait laissé les ministres concernés et le directeur de l’ANARSE présenter le programme de l’énergie du gouvernement.

Danio Darius source Le Nouvelliste

 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 3 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 4 mois ago