Le ministre de la communication démissionnaire Guyler C. Delva s’en prend au secrétaire général du Conseil des ministres

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
4381 views
Time to
read
1’

Guyler C Delva

Le ministre de la culture et de la communication (Mcc) du gouvernement démissionnaire, Guyler C. Delva, juge déplacés les récents propos du secrétaire général du Conseil des ministres, Rénald Lubérice, indexant des membres de l’équipe ministériel à propos des récentes émeutes ayant secoué le pays.

« Les propos de Rénald Lubérice sont contre-productifs, malencontreux, lâches et inacceptables », fustige-t-il, lors d’une conférence de presse, le mardi 17 juillet et à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

« Les ministères sectoriels sont les responsables des émeutes du vendredi 6 au dimanche 8 juillet », survenues après l’annonce de l’augmentation des prix des produits pétroliers, avait rapporté, le 13 juillet, le quotidien Le Nouvelliste, citant Lubérice.

Dans une lettre adressée le 16 juillet au rédacteur en chef du journal, Lubérice, qui tentait de clarifier ses propos, affirme qu’il ne lui serait jamais venu l’idée « d’indexer péremptoirement des ministres du gouvernement comme responsables d’émeutes ».

Il indique que ces propos lui ont été attribués injustement par le journal.

Il a toutefois reconnu que le président Jovenel Moïse avait donné son accord pour une augmentation des prix du carburant à la pompe.

La démarche du secrétaire général visait à stigmatiser et diaboliser ces ministres, réagit Guyler C. Delva, affirmant n’éprouver aucun regret de faire partie de l’équipe gouvernementale.

« Le gouvernement peut prendre une décision qui se révèle inappropriée. (…) Il ne s’agit pas d’un constat d’échec, contrairement à ce que disent certaines personnes », soutient le ministre démissionnaire.

L’annonce, le vendredi 6 juillet, de l’augmentation des prix de l’essence a créée de violentes tensions qui ont paralysé toutes les activités dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince.

Cette situation a même contraint le chef du gouvernement à remettre sa démission.

Des consultations devraient être initiées ce mardi 17 juillet 2018 avec le parlement pour le choix d’un nouveau premier ministre, a annoncé le président Jovenel Moïse.

Source Alter Presse

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 5 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 5 mois ago