Le dialogue se tient sans Jovenel Moïse…

Publié
1 semaine ago
Dernière mise à jour
1 semaine ago
2282 views
Time to
read
2’

Jovenel Moise

Les responsables des principaux regroupements politiques, des membres du secteur privé des affaires, des universitaires, le secteur syndical, le secteur des organisations de défense des droits humains et d’autres secteurs de la société sont actuellement en discussions pour présenter au pays une alternative commune au chef de l’État. Un processus de dialogue qui se fait sans Jovenel Moïse dans un contexte où le locataire du Palais national est acculé et réduit à diriger un pays totalement paralysé depuis environ un mois.

« Au moment où je vous parle (NDLR : mardi 8 octobre 3h10 PM), nous sommes en réunion afin de présenter une seule proposition de sortie de crise avec les blocs politiques et les secteurs clés de la société civile. Tout moun la… », a confié au Nouvelliste le sénateur Évallière Beauplan, membre du regroupement de partis politiques l’Alternative consensuelle.

Le parlementaire se dit conscient que des gens mettent souvent en avant la division qui secoue la classe politique pour montrer l’incapacité des politiques à proposer quelque chose de viable. Cette initiative qui se veut fédératrice se donne pour objectif de changer la perception. Avant la fin de cette semaine, le grand public aura plus de détails sur cette initiative, a annoncé le sénateur Beauplan.

Pour sa part, l’ancien sénateur Jean William Jeanty de KONTRAPEP la, membre du regroupement des partis politiques «Fowòm Patriyotik » a confirmé au Nouvelliste qu’il y a effectivement des rencontres avec les acteurs politiques de l’opposition et d’autres secteurs de la société civile en vue d’arriver sur une position commune. « À cette phase ce n'est plus une question de document; il s’agit de définir les profiles ceux qui vont occuper des espaces et les feuilles de route qui peuvent rassurer tous les secteurs… », a indiqué le leader politique.

Sous couvert de l’anonymat, un responsable d’organisation de défense des droits humains a confié au Nouvelliste que cette initiative vient des organisations de la société civile qui se donnent pour tâche de faciliter une mise en commun des propositions de sortie de crise des grands regroupements politiques. « Cela permettra de faire la passation du pouvoir. Tous les acteurs politiques comprennent la nécessité de se mettre en ensemble afin de présenter au pays une position commune et crédible », a-t-il fait savoir au journal.

Des personnalités de la société seront appelées à jouer un rôle important dans cette passation, a souligné notre contact.

Un autre contact très influent dans le secteur privé des affaires a confié au Nouvelliste que ce sont de secteurs clés de la société civile qui vont se mettre d’accord sur une position commune pour demander au président de la République de tirer les conséquences de ses manquements à la tête du pays. « Il ne s’agit pas uniquement du chef de l’État, il y a aussi le Parlement et l’opposition politique qui sera appelée à faire des sacrifices aussi », a expliqué notre source bien placée dans le secteur privé des affaires.

Notre contact a par ailleurs souligné que, dans la situation actuelle du pays, personne n’a encore rien gagné même si l’opposition arrive à rendre  le pays ingouvernable pour Jovenel Moïse. « C’est le pays qui est en train de perdre. On doit trouver une solution résultant d’un compromis où chaque parti accepte de consentir des sacrifices, mais le premier qui doit le faire est le président de la République », a-t-il exhorté.

Avant la fin de cette semaine, cette position commune des secteurs clés de la société civile sera rendue publique, a annoncé ce membre du secteur privé des affaires.

Robenson Geffrard source le nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 5 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 6 mois ago