Le décrochage du taux de change en dépit des efforts

Publié
2 mois ago
Dernière mise à jour
2 mois ago
1964 views
Time to
read
2’

Ronald Décembre - Ministre de l'Economie et des Finances

Le ministre de l’Économie et des Finances, Ronald Décembre a énuméré, lors d’un point de presse tenu lundi, tout un train de mesures prises par l’administration en place pour stabiliser le taux de change. Il parle, entre autres, des efforts de limiter le déficit budgétaire à travers un pacte de gouvernance. Mais les résultats ne suivent pas. La dépréciation de la monnaie locale pour l’exercice en cours est de l’ordre de 24,3%. Une situation, de l’avis du responsable, contraire aux fondamentaux économiques.

Jusqu’au mois d’avril, les importations de biens ont subi une baisse de 4%, les transferts sans contrepartie augmentent de 9%, les exportations tirées par le textile, sont en hausse de 9%, le déficit budgétaire est contenu à un niveau de 4,6 milliards de gourdes contre 12,5 milliards de gourdes au cours de la même période l’année dernière, des indicateurs susceptibles de stabiliser sinon stopper le décrochage de la monnaie locale. Mais ce n’est pas le cas. La tendance à la baisse observée au cours du mois de mars n’était que de courte durée.

Le pacte de gouvernance entre le ministère de l’Économie et des Finances (MEF) et la Banque de la République d’Haïti (BRH) et l’accord de prêt non concessionnel de 229 millions de dollars avec le  Fonds monétaire international sont parmi les mesures qui ont permis cette stabilité quoiqu’apparente. Le renvoi du gouvernement et l’incapacité de doter le pays rapidement d’un nouveau gouvernement et par ricochet d’un budget, ont tout chamboulé.

Face à cette incertitude, les agents économiques ont décidé d’anticiper. Ce qui engendre une spéculation dans ce secteur. De telles décisions qui ne favorisent pas l’appréciation de la gourde, c’est du moins l’avis du grand argentier national, Ronald Décembre. La situation est inquiétante puisque la hausse du taux de change, dit-on, se répercute généralement sur le niveau général des prix des biens et services, engendrant ainsi une diminution du pouvoir d’achat des consommateurs.

Ce ne sont pas les chiffres avancés par le ministre de l’Économie et des Finances qui diront le contraire. Durant les sept premiers mois de l’exercice, les prix sur le marché local ont largement augmenté. Le titulaire du MEF parle d’un rythme mensuel de 1,4%  contre 0,9% l’année dernière tout en soutenant que l’accélération du niveau global des prix provoque une poussée inflationniste autour de 17,7%, donc l’Haïtien avec le même revenu en gourde devient de plus en plus pauvre.

Avec des données à l’appui, Ronald décembre a montré que ce ne sont pas les fondamentaux économiques qui expliquent le décrochage du taux de change. La crise sociopolitique durant les onze derniers mois est de nature à empirer la situation. Le dollar devient de plus en plus rare malgré l’annonce d’injection de 150 millions de dollars pendant six mois à partir du mois dernier. Pour le moment, l’exécutif n’est pas en mesure d’adopter d’autres mesures. Les 229 millions du FMI s’éloignent. Des données qui montrent que la fin de la dégringolade n’est pas d’actualité.

Jose Fletcher source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 4 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 5 mois ago