L'Association des professionnels du pétrole, en désaccord avec le BMPAD, réclame six milliards de gourdes

Publié
5 mois ago
Dernière mise à jour
5 mois ago
1428 views
Time to
read
2’

Dans une correspondance adressée à Fils-Aimé Ignace Saint-Fleur, directeur général du Bureau de monétisation des programmes d'aide au développement (BMPAD), en date du 19 mars 2019, l'Association des professionnels du pétrole (APPE) a communiqué, d’une part, son refus catégorique de se plier à la dernière décision «unilatérale » du BMPAD découlant de son souhait de libéraliser l’importation des carburants en Haïti et, d’autre part, formulé ses revendications.

« L'Association des professionnels du pétrole […] vous informe qu'elle a pris acte de votre souhait de libéraliser l'importation des carburants tout en maintenant l'administration des prix par le ministère des Finances », a, d’entrée de jeu, relevé l’APPE tout en soulignant que ses nombreuses demandes de réunion au ministère des Finances sont restées sans réponse et que les modalités de cette libéralisation restent à définir afin de clarifier le rôle des parties prenantes.

 « D'autre part, votre lettre datée du 15 mars 2019 nous informe de la décision unilatérale du BMPAD d'exiger des compagnies pétrolières qu'elles ouvrent des lettres de crédit (stand-by letter of Credit) au profit de potentiels fournisseurs locaux retenus dans le cadre des appels d'offres pour l'importation de carburants, ceci, sans tenir compte des nombreuses correspondances adressées au ministère des Finances relatives aux « avances à rembourser », poursuit cette correspondance qui porte la signature de Randolph Rameau, président de l’APPE.

L’association qualifie d’irrecevable cette demande du BMPAD qu’elle refuse catégoriquement. « Cette demande, que nous refusons, est irrecevable en l'état des discussions sur les modalités de la mise en application de la libéralisation et du fait du montant des « avances à rembourser » que doivent les douanes aux compagnies pétrolières », déclare l’APPE, arguant que cette subvention portée par les compagnies pétrolières a littéralement asséché leur trésorerie.  

« Les douanes doivent aujourd'hui plus de six milliards de gourdes aux compagnies pétrolières qui ne disposent plus de la trésorerie pour commander les produits nécessaires à leurs exploitations et immobiliser les fonds correspondants aux garanties demandées pour obtenir les lettres de crédit en question », rappelle l’APPE, précisant que les compagnies pétrolières vendent actuellement les carburants aux stations-services à un prix inférieur à celui qu'elles paient au BMPAD.

Ainsi, elle « demande au Bureau de Monétisation et à son ministère de tutelle, le ministre de l'Économie et des Finances, de proposer des mesures concrètes quant au remboursement de ces « avances à rembourser » et d'organiser des séances de travail pour définir des modalités de la libéralisation des importations des carburants ».

En attendant l'aboutissement de ces discussions, l’APPE prend le soin de rappeler au Bureau de monétisation qu’il ne saurait se soustraire à son obligation d'assurer son rôle de coordinateur des importations de carburants en s'assurant, en tout temps, de leurs disponibilités sur le territoire national.

En ce sens, l'A.P.P.E, tout en appelant à une compréhension du fondement de sa position, demande au directeur général « de lancer, comme à l'accoutumée et dans les plus brefs délais, un appel d'offres pour la fourniture de carburants afin d'éviter toute pénurie ».

Patrick ST PRE source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 3 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 4 mois ago