L’AMIH et l’ANMH ne comptent pas intégrer la commission Céant

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
3360 views
Time to
read
3’

Parallèlement à l’enquête de la Cour des comptes, l’instruction d’un juge et les invitations du commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, le Premier ministre annonce la création d’une commission indépendante pour faire la lumière sur l’utilisation des fonds de PetroCaribe. Dans cette nouvelle structure, Jean-Henry Céant invite des institutions comme l’Association des médias indépendants d'Haïti (AMIH) et l’Association nationale des médias haïtiens (ANMH). Les responsables de ces associations confient au Nouvelliste qu’ils ne comptent pas intégrer cette commission et ils expliquent pourquoi.

Le pouvoir semble vouloir mettre les bouchées doubles dans l'enquête sur la gestion des fonds PetroCaribe. Le président de la République, le Premier ministre, le commissaire du gouvernement, chacun en ce qui le concerne, pose des actions. La toute dernière décision du gouvernement, c’est la formation d’une commission indépendante avec la participation de plusieurs secteurs de la société pour faire la lumière sur le dossier de PetroCaribe.

Invité à faire partie de cette commission, le président de l’Association des médias indépendants d'Haïti est sceptique et ne manifeste aucune volonté de répondre à l’invitation du Premier ministre. Venel Remarais confie au Nouvelliste qu’il n’a pas encore rencontré les autres membres de l’AMIH sur le dossier. Cependant, il estime que cette décision de Jean-Henry Céant de créer une commission sur le dossier PetroCaribe arrive de manière improvisée.

La situation actuelle est pour le patron de l’AMIH « extrêmement explosive ». C’est pourquoi Venel Remarais croit que les médias ne devraient pas sans réfléchir intégrer cette commission de la Primature. Toutefois, il n’entend pas contester le droit et le pouvoir du gouvernement de mettre en place une commission sur le dossier de PetroCaribe.

« Mais personnellement, nous autres, au niveau de l’AMIH et la presse en général, ne pensons pas qu’on devrait entrer d'emblée dans ce dossier. D’autant plus, on entend tout ce qui se dit dans les manifestations et les réactions de tous les secteurs. La majorité pense que le dossier est déjà devant un juge d’instruction… Nous estimons qu’il est inapproprié d’intégrer instantanément une commission », a expliqué M. Remarais.

Le président de l’AMIH a souligné que le gouvernement veut former cette commission après la décision du président de la République de limoger la plupart de ses proches collaborateurs au Palais national. Le journaliste estime que la commission aurait dû être formée d’abord et les décisions de révocation prises après une enquête. Ce qui, a-t-il dit, e rend un peu confus.

Pour sa part, le président de l’ANMH, Frantz Duval, croit qu’il revient aux institutions chargées de le faire de s’occuper à donner les explications et à effectuer les contrôles sur la gestion des fonds Petro Caribe »,

Selon Duval, « l’Association Nationale des Medias Haïtiens a reçu ce 22 octobre 2018 une invitation du Premier ministre Jean-Henry Céant, transmise par son chef de cabinet, Monsieur Jimmy Albert, pour faire partie d’une commission multisectorielle sur le dossier Petro Caribe ».

Dans une interview accordée lundi au journal, M. Duval a fait savoir que l’Association nationale des Médias Haïtiens (ANMH) demande à tous ses membres et aux médias haïtiens en général « d’accorder la plus grande importance au traitement administratif et judiciaire qui est et sera donné au dossier PetroCaribe ».

« La bonne gouvernance de toutes les ressources de l’Etat haïtien, qu’elles proviennent issues des taxes payées par la population, de dons de pays amis ou de prêts contractés au nom du peuple haïtien, est une nécessité absolue. Dans la conjoncture actuelle, l’ANMH appelle les autorités à tout entreprendre pour que la lumière pleine et entière soit faite sur la gestion du fonds PetroCaribe et sur celle de toutes les dépenses publiques », a exhorté le patron de presse.

Selon Frantz Duval, « l’Association Nationale des Medias Haïtiens (ANMH) ne se croit pas outillée pour mener à bien des audits des fonds PetroCaribe. L’ANMH compte rester à sa place d’institution indépendante et de regroupement d’organes de presse ».

Le Premier ministre a annoncé, lundi, qu’il compte inviter la presse, l’université, le secteur religieux, les personnalités qui représentent le mouvement Petrochallenge, la société civile organisée, le secteur privé des affaires, le Collectif du 4 décembre, les organismes de défense des droits humains, les parti politiques, les intellectuels, les Associations patronales, les chambres de commerce, la fédération des barreaux, l’Ordre des comptables agréés, la Religion pour la paix… « à intégrer cette commission qui sera appuyée par une firme étrangère d’audit.

Robenson Geffrard Source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 6 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 6 mois ago