Lambert prévoit des coupes budgétaires importantes

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
4260 views
Time to
read
2’

Joseph Lambert

Près d'un milliard de gourdes pourraient être enlevées du budget du Sénat " , a déclaré le président du Sénat haïtien, Joseph Lambert, apparemment très touché par l’ampleur de la médiatisation du financement de sa résidence officielle à Thomassin 25, dans les hauteurs de Pétion-Ville.

Comme si cette annonce ne suffit pas à elle seule, celui qu’on surnomme l’animal politique va jusqu’à promettre que « la rubrique subvention sera réduite à sa plus simple expression dans le prochain budget ». L’élaboration est d’abord du ressort de l’exécutif avec des modifications proposées par le pouvoir législatif.

À la faveur des remous créés par le financement de sa résidence officielle, Joseph Lambert précise que cette rubrique (subvention) connaîtra de manière générale le même sort dans toute l’administration publique. Les frais de déplacement à l’extérieur seront aussi révisés à la baisse. Les billets d’avion, comme déjà en application, doivent être réservés en classe économique. Au cas où un parlementaire (ndlr : par exemple) veut voyager en classe affaires, il consentira lui-même la différence de prix entre les deux classes.

Ce budget, décrié tant par la population que par certains parlementaires de la majorité présidentielle et de l’opposition, a fait couler beaucoup d’encre. 6,5 milliards étaient destinées au pouvoir législatif (soit 3,7 % du budget total), la Chambre des députés détiendrait 4,13 milliards de gourdes et le Sénat 2,37 milliards. Avec cette annonce du président du Sénat, qui est intervenu le jeudi 19 juillet 2018 sur les ondes de Radio Métropole, les contribuables, l’homme de la rue, personne ne s’étonnera pas si la montagne accouche d’une souris.

« La suspension de certaines subventions joueraient en ma faveur et en faveur des sénateurs en général », a lâché Joseph Lambert qui nuance que la société haïtienne doit mettre sur place des mécanismes fiables pour permettre à la population d’élire des sénateurs sur une autre base. « Il faut élire tout autrement », a fait savoir Joseph Lambert, qui promet des recommandations très sérieuses et très profondes dans les jours à venir.

Nous allons indiquer à notre peuple la vraie voie en s’assurant que nous créons des conditions indispensables dans le pays. Le budget du prochain exercice fiscal transpirera de la rigueur totale. Comme on crie au scandale pour cette résidence à payer avec les fonds du Trésor public, le président du Sénat n’est pas la seule haute personnalité du pays à jouir d’un tel privilège. Joseph Lambert propose qu’on creuse ailleurs pour offrir des demeures décentes aux serviteurs de la nation, comme les immeubles saisis par l’État via la Banque nationale de crédit (BNC).

Comme si une mesure ne doit jamais arriver seule, « il faut que la population, certains mandants cessent de quémander de l’argent aux parlementaires pour la moindre raison. La scolarité, les funérailles, les loyers, la fourniture de nourriture ». Le sénateur du Sud-Est reconnaît que la grogne créée par le financement de sa résidence officielle est l’occasion de remettre toute une série de pratiques en question.

Le sénateur Joseph Lambert rapporte qu’une séance très animée a eu lieu au grand Corps le mercredi 18 juillet. Durant cette séance, il était question pour de nombreux sénateurs d’indexer les torts que peuvent causer certaines subventions, dont le fameux million de gourdes accordées à chacun d’entre eux afin de subventionner les activités culturelles de Pâques, les bandes de rara entre autres.

Selon Lambert, ses collègues ont profité du buzz causé par le financement de sa résidence officielle pour remettre en question certains postes du budget 2018-2019. Aussi promet-il que certains fonds seront purement et simplement réaffectés dans la loi de finances du prochain exercice. Ce projet de loi de finances repris par les autorités suite au séisme engendré par l’annonce de la hausse des prix des carburants à la pompe continue de faire des vagues dans l’actualité.

Dieudonné Joachim Source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 6 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 6 mois ago