La revendication populaire change, « Jovenel doit partir », demandent des manifestants

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
4815 views
Time to
read
1’

Lundi 19 Nov 2018

Après une journée très mouvementée émaillée de violence, le 18 novembre 2018, toutes les activités, y compris l’école sont pratiquement paralysées, ce lundi 19 novembre, notamment dans la région métropolitaine de Port-au-Prince, où des manifestants sont encore mobilisés dans les rues, constate Haïti Press Network.

Sur pied de guerre, des gens continuent d’occuper le macadam pour le changement des choses. Ils n’en peuvent plus, disent-ils. Les hommes et les femmes au pouvoir, crient-ils, n’ont rien fait pour améliorer les conditions d’existence des plus pauvres de la société.

Si hier la revendication a été la réclamation de l’argent du fonds PetroCaribe et le procès qui doit s’en suivre, aujourd’hui, de nombreux manifestants demandent le départ, sans condition, du président de la République, Jovenel Moïse qu’ils qualifient de menteur et d’amateur politique.

Au niveau de Delmas, constatons-nous, des manifestants en colère, notamment des jeunes garçons qui expriment leur indignation par rapport à leurs conditions d’existence, dressent des barricades sur la chaussée. Ce qui entrave particulièrement la circulation automobile, observons-nous. 

Ces manifestants frustrés à l’extrême avec qui, une patrouille policière a tenté en vain de négocier le rétablissement de l’ordre public, n’ont pas lésiné sur leur position. Après le départ bredouilles des agents de la PNH, ils ont intimé l’ordre même à des motards qui essayaient sans succès de contourner les barricades, de rebrousser chemin, constate l’Agence.

La route de Delmas est impraticable avec des objets de toutes sortes, des pierres et des séparateurs dressés au travers de la voie publique. Pour l’instant, aucun incident majeur n’a été signalé. Néanmoins, la majorité de la population est obligée de rester cloîtrée chez elle par crainte d’être victime ou prise au piège d’échauffourées entre forces de l’ordre et manifestants en colère.

À rappeler que le bilan de l’opposition démocratique et populaire de la journée de mobilisation hier du 18 novembre, à l’occasion de la célébration du 215e anniversaire de la Bataille de Vertières, a fait état de 11 morts, 47 blessés et 75 arrestations.

Alix Laroche hpn

[email protected]

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 10 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 10 mois ago