La Conférence des Pasteurs dénonce « l’ingérence américaine » en Haïti

Publié
4 mois ago
Dernière mise à jour
4 mois ago
5295 views
Time to
read
2’

Ernst Pierre Vincent

La Conférence des Pasteurs Haitiens, (COPAH) dénonce « l’ingérence américaine dans les affaires intérieures d’Haïti. Dans une lettre ouverte adressée à l’ambassadeur des Etats-Unis accrédité Haïti, Michelle J. Sison, ce lundi 8 juillet 2019, la COPAH dénonce l’attitude de la diplomate qui, selon elle, fait pression sur l’opposition pour dialoguer avec le Président de la République Jovenel Moïse. La COPAH a rappelé que la convention de Vienne de 1961 interdit aux diplomates de s’ingérer dans la politique interne d’un pays accréditaire.

Les déclarations de l’ambassadrice américaine en Haïti, Michelle J. Sison, tenues le 3 Juillet dernier en sa résidence, à l’occasion de la célébration de la fête de l’indépendance nationale des États-Unis d’Amérique demandant l’opposition de dialoguer avec le Président Jovenel Moise ne sont pas les bienvenues. La Conférence des Pasteurs Haitiens, (COPAH) dénonce « l’ingérence américaine » dans les affaires intérieures d’Haïti.

Dans une lettre ouverte adréssée à l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique accrédité en Haïti, Michelle J. Sison dont une copie est parvenue à Vant Bèf Info (VBI) ce lundi 8 juillet, la COPAH dénonce le comportement de la diplomate qui, selon elle, fait pression sur l’opposition. La COPAH a rappelé que la convention de Vienne de 1961 interdit aux diplomates de s’ingérer dans la politique interne d’un pays accréditaire.

La Conférence a déploré que ces déclarations aient chaudement été applaudies par quelques représentants de la classe politique, du secteur privé et de la société civile haïtienne, présents à cette cérémonie.

« Aussi, notons-nous, le caractère raciste et discriminatoire de vos déclarations faisant référence « à l’esprit de turbulence qui prévaut dans le pays et qui menace son indépendance.» Vos propos constituent un acte d’intimidation inadmissible et une atteinte à notre souveraineté et à notre dignité de peuple libre », a-t-lu dans la lettre.

La COPAH a estimé que « l’attitude de l’ambassadrice consiste à forcer les haïtiens à accepter un prétendu dialogue avec un président rejeté par la majorité de ses concitoyens pour avoir été éclaboussé par plusieurs scandales de corruption ».

Rappelant que Jovenel Moïse est indexé dans un rapport de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA) sur la dilapidation des fonds Petrocaribe.

La COPAH fait remarquer qu’on ne peut pas donner une prime à la corruption et à l’impunité, deux obstacles majeurs au développement de notre pays.

« Si selon la convention de Vienne de 1961, « l’une des fonctions d’une mission diplomatique consiste à protéger dans l’État accréditaire les intérêts de l’État accréditant et de ses ressortissants, dans les limites du droit international »; au nom du droit à l’autodétermination des peuples, les haïtiens sont appelés à résoudre eux-mêmes leurs problèmes, sans être soumis aux « dictats » d’aucune puissance », a poursuivi la lettre.

Cette dernière a conclu que le comportement de la diplomate américaine Sison est une violation flagrante de l’article 41-1 de la Convention de Vienne qui interdit aux diplomates de s’immiscer dans les affaires intérieures d’un pays accréditaire.

Vant Bèf Info (VBI)

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 7 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago