«A la Chambre des députés, je sens venir un coup d’Etat contre la réforme constitutionnelle », s’alarme le député Jerry Tardieu

Publié
5 mois ago
Dernière mise à jour
5 mois ago
6619 views
Time to
read
4’

Jerry Tardieu

Déterminé dans le combat qu’il mène au sein de la commission parlementaire ayant déjà présenté son rapport sur une trentaine de propositions relatives à l’amendement de la Constitution, le député Jerry Tardieu annonce la couleur par rapport à qu’il dit voir venir à la Chambre des députés : « un coup d’État » de la part de la majorité proche de Jovenel Moïse contre la réforme constitutionnelle. Le député de Pétion-Ville met en garde la population et entend placer ses pairs devant la société et face à l’histoire.

Plus qu’un cri d’alarme. C’est un député Jerry Tardieu, défenseur acharné des propositions de l’amendement constitutionnel préparé par la commission qu’il préside, qui exprime ses préoccupations quant à ses craintes pour les semaines à venir. « Plus on se rapproche de la date prévue pour les amendements, plus les velléités de saper le travail de la commission vont se préciser », entrevoit le député Jerry Tardieu. « Je sens venir un coup d’État contre la réforme constitutionnelle. Je mets déjà en garde la population, car je vois déjà se dresser les obstacles sur le chemin de la réforme constitutionnelle.  Briser le statu quo est une tâche difficile en Haïti », dit-il au Nouvelliste. 

Même s’il croit que les trente propositions d’amendement constitutionnel de la commission ont trouvé un écho favorable au niveau de la population, le président de la commission estime que le plus dur reste à faire. Pour Jerry Tardieu, lesdites propositions prévoient un autre régime politique qui viendra réduire  la puissance des députés jugée excessive. Le député se dit donc conscient de l’adversité à laquelle il va devoir faire face au Parlement durant les prochaines semaines, surtout de la part de certains députés issus de la majorité présidentielle qui ne sont pas décidés à faire bouger les lignes. « De nombreux députés sont favorables à voter en faveur des propositions de la commission, car ils sont conscients des enjeux et veulent le meilleur pour Haïti. Ce n’est pas le cas de tous », regrette-t-il. 

 « C’est quasiment une nouvelle Constitution que nous proposons à travers l’amendement. »

« Cela fait deux ans que nous travaillons. Nous attendons le rapport des sénateurs pour l’évaluer et observer s’ils vont dans le même sens que nous... », avance Jerry Tardieu, invité de l’émission Haiti Sa kak kwit réalisée sur la chaîne 20 ce mardi. Le député souligne que le travail préparé et proposé par la commission ne semble pas se réduire à un (simple) amendement. « C’est quasiment une nouvelle Constitution que nous proposons à travers l’amendement…», se réjouit celui qui dit souhaiter que les sénateurs puissent emprunter la même voie qu’eux (les députés).  

Entre juin et septembre 2019, les parlementaires devraient statuer sur la question de l’amendement de la Constitution. C’est à ce moment-là que les débats auront lieu au Parlement, a fait remarquer Jerry Tardieu. Le Sénat, qui n’a pas remis son rapport, devra officiellement le présenter le jeudi 28 mars prochain, annonce le député qui rapporte une conversation avec le sénateur Kedler Augustin, président de la commission sénatoriale travaillant sur l’amendement.  

De son côté,  le président de la république engage des acteurs pour travailler sur des propositions d’amendement de la Constitution, selon ce qu’avait confirmé l’un de ses conseillers, Guichard Doré. Une décision qui ne semble pas plaire au député Jerry Tardieu qui révèle l’avoir « effectivement appris par voie de presse ». « Nous le regrettons... », relate le député de Pétion-Ville, surpris que les membres de sa commission n’aient pas été consultés convenablement. C’est dommage, poursuit-il, que le pouvoir ait décidé de produire à la dernière minute des réflexions sur la Constitution sans engager des consultations auprès de l’ensemble de secteurs de la vie nationale. Pour lui, le chef de l’Etat ne devrait pas procéder de cette manière, car, avance-t-il,  la Constitution, c’est l’affaire de tous… », avance M. Tardieu.  

Un rapport qui reflète la vision de la société…

L’exécutif et le législatif ont la prérogative de procéder à des propositions d’amendement. « Mais nous autres, nous avons terminé. Nous avons remis notre rapport. Nous savons ce que nous voulons et où nous allons. Nous souhaitons que le rapport des sénateurs aille dans le même sens que le nôtre...c’est-à-dire une proposition quasiment révolutionnaire,  proposant le changement de régime politique…», insiste Jerry Tardieu, espérant trouver une entente du côté de ses collègues. « Nous insérons dans l’amendement ce qu’a pensé le peuple. Pour la société, il y a une nécessité de rééquilibrer les pouvoirs… », ajoute Jerry Tardieu qui a tenu à préciser que le travail ne cherche pas à élimine le pouvoir des parlementaires, contrairement à ce qu’estiment certains. Le travail participe à éliminer ou réduire l’effet d’image (relative à la réputation) du Parlement face à la population.

 « Vous ne pouvez pas gouverner contre tout un peuple. Vous ne pouvez pas exister contre la volonté de la société. Si cette dernière a une manière de voir le Parlement, faut-il bien que nous nous conformions à ce que pense le pays, la société (à travers ses différents secteurs). Essayez (à coup de force) de maintenir le système dans son état actuel est la meilleure façon de le détruire...», explique le député qui recommande aux députés d’être à l’écoute de la société,  notamment sur la nécessité de changer de système, de régime, du moins de la manière de faire. Avec ce rapport, le député remarque que ses pairs sont à la recherche de « la transparence,  la reddition de comptes et la bonne gouvernance » dans les affaires publiques.

Les propositions de l’amendement doivent jouir de l’approbation d’une majorité de députés déjà acquise à la cause du président de la république. Toutefois, Jerry Tardieu se veut confiant. Si le président, à travers une majorité de parlementaires acquise à sa cause, se dresse contre ces propositions, ce sera contre l’avancement du pays, estime le parlementaire. « Et je ne crois pas qu’il agira de la sorte. Parce que l’histoire le jugera… », soutient-il.

Worlgenson Noël source Le nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 4 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 5 mois ago