Kakout, un homme différent de l'image vendue sur les réseaux sociaux

Publié
6 mois ago
Dernière mise à jour
6 mois ago
84152 views
Time to
read
3’

Depuis plusieurs jours, une vidéo d’un jeune homme dont le visage est couvert à l’aide d’un mouchoir rouge en train de filmer une scène de tirs, hurlant « Kakout pran bal » circule en boucle sur les réseaux sociaux. Sur Facebook, Twitter, Whatsapp, notamment, cette vidéo est devenue un objet de risée des internautes. Certains l’ont même reconstituée.

Que s'est-il réellement passé ce jour-là ? Comment ce jeune homme s'est-il retrouvé la jambe ensanglantée ? Pourquoi cette scène était-elle filmée ? Qui est Kakout ? Le frère de kakout, Domini Raisin a fait le point sur ces questions.

Ocmane Raisin dont le nom d’emprunt est Kakout a reçu deux balles à la jambe gauche, lundi 10 février 2019. Il a été transféré d’urgence à un centre hospitalier de la capitale pour y recevoir des soins nécessaires. Sa lésion avait provoqué une perte importante de sang. Kakout a frôlé la mort. A telle enseigne, il ne lui restait que trois grammes de sang avant son arrivée à l’hôpital où il est pris en charge, explique Domini Raisin. Toutefois, il se gardait de donner des indices sur le centre hospitalier en question en raison notamment de l’affolement général provoqué par la vidéo.

Alors que le pays était paralysé en raison des troubles politiques, Kakout était, comme bon nombre de citoyens, cloitré dans le quartier où se trouve son domicile situé à Corridor Icare non loin de l’église Saint-Antoine à l’avenue Poupelard. Kakout faisait partie des jeunes de son quartier qui discutaient des difficultés auxquelles le pays se trouve confronté, à en croire Domini Raisin.

Soudainement, des tirs nourris surgissent. Le jeune paru sur la vidéo connu sous le pseudo de Kiyou, curieux et hilare comme seul s’est empressé de prendre son Smartphone et cacher son visage à l’aide d’un foulard pour filmer la scène et la diffuser sur les réseaux sociaux, a indiqué le frère de kakout. Ses camarades s’y étaient catégoriquement opposés. Mais, Kiyou ne faisait qu’à sa tête, rapporte Domini Raisin soulignant que des employés de Professional Security Services (PSS), l’agence de sécurité située à l’angle de l’avenue Christophe et Lalue semblent avoir été impliqués dans les tirs.

Au moment où  la situation devenait très surchauffée, Kiyou lançait des propos grivois, sa manière de manifester son désarroi face aux troubles du pays, explique Domini. Subitement, il a remarqué que Kakout était touché par balles. A ce moment-là, il commençait à crier « Mesye mesye, Kakout pran bal ». Et justement sur la vidéo, on voit Kakout, la jambe ensanglantée secouru par ses camarades.

Un autre jeune Woof ainsi connu a été blessé à la mâchoire, précise Domini soulignant que les parents de cette autre victime ont dépensé de fortes sommes d’argent pour lui sauver la vie.

« Il n’y a jamais eu d’affrontements entre les jeunes du corridor Icare, jure Domini.

Qui est Kakout ?

Contrairement à l’appréhension générale, Kakout n’est pas un bandit. Kakout est un carreleur et confectionneur de sandales en cuir. Ses activités professionnelles lui imposent des aller-retour dans différentes villes du pays, selon Domini.

Kakout est père d’une jolie fille âgée de 13 ans, a précisé Domini. Cette fille née d’une union libre avec Natacha Saint-Louis est en septième année fondamentale dans un établissement scolaire de la capitale.

Né le 8 décembre 1985, Kakout est bénévole au sein de plusieurs structures associatives dont le Mouvement de Liberté, d'égalité des Haïtiens pour la Fraternité (MOLEGAF) où il est responsable de la commission culturelle.

A son chevet à l’hôpital, la mère de sa fille, son frère et d’autres membres de sa famille.

La mère de Kakout, Josette Rémy, ne s’attendait pas à voir son premier fils allongé sur lit d’hôpital encore dans un moment où le pays vit une situation délétère. C’est un coup dur pour les membres de sa famille qui, d’ailleurs, sont incapables de répondre aux exigences médicales de sa santé.

Domini Raison confirme les informations selon lesquelles des médecins avaient besoin de collecter du sang pour sauver la vie de  Kakout. Ce sont les étudiants de la Faculté des Sciences Humaines (FASCH), de l’Ecole normale supérieure (ENS), des frères de  combat qui lui ont offert du sang. Une action saluée par son frère Domini.

Actuellement, l’état de Kakout  est peu critique, se réjouit Domini.

Par ailleurs, cet ancien étudiant de l’Ecole Nationale des Arts se dit révolté face à la détérioration des conditions de vie de la population. Il lance un appel aux dirigeants du pays afin qu’ils assument leurs responsabilités.

Jesula Simon - source LOOPHAITI

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 4 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 5 mois ago