Jovenel Moïse n’a pas pu lancer son dialogue ce 7 février ni fêter ses deux ans au pouvoir

Publié
6 mois ago
Dernière mise à jour
6 mois ago
2674 views
Time to
read
2’

President Jovenel Moise

Ce 7 février 2019, qui marque les 33 ans depuis la chute de la dictature des Duvalier, le président de la République devait lancer son dialogue unificateur et fêter ses deux ans au pouvoir. La rue en a décidé autrement.

Ils étaient nombreux à l’appel de l’opposition politique à manifester à travers le pays pour exiger, entre autres, le départ du chef de l’Etat, contre la cherté de la vie et demander des comptes sur l’utilisation du fonds PetroCaribe. Pour ne pas entrer en confrontation avec les manifestants, Jovenel Moïse a dû annuler ses activités publiques ce 7 février, a fait savoir au Nouvelliste Jude Charles Faustin, conseiller du président.

Ni festivités ni adresse à la nation,  rien du tout... Jovenel Moïse était contraint de faire le mort ce jeudi 7 février. « Le président a voulu éviter toutes sortes de confrontations. Etant donné que les organisateurs avaient déjà annoncé qu’ils allaient manifester avec violence, le président n’a pas pu lancer le dialogue », a expliqué Jude Charles Faustin, conseiller du chef de l’Etat dans les relations de l’exécutif avec le Parlement.

L’ancien député ne pouvait pas dire au journal quelle autre date a été retenue pour lancer le dialogue. Toutefois, il a affirmé que le chef de l’Etat est toujours disposé à poursuivre les discussions avec l’opposition. « Cependant, a-t-il dit, le chef de l’Etat ne va pas attendre indéfiniment des gens qui ne veulent pas dialoguer. Il va continuer à travailler pour améliorer les conditions de vie de la population », a-t-il dit.

Le 22 janvier dernier, lors du forum du premier ministre sur le Pacte de gouvernabilité, après avoir publiquement exprimé ses insatisfactions sur le processus de dialogue qu’il avait confié à Jean-Henry Céant, le président de la République avait annoncé pour ce 7 février 2019 le lancement du dialogue avec tous les partis politiques même les plus hostiles à son pouvoir. Et, c’est à son Premier ministre qu’il avait confié la charge de les convaincre à prendre le chemin du dialogue.

Le Premier ministre avait depuis entamé une série de rencontres avec des responsables de partis politiques de l’opposition qui avaient boudé son forum. En ce sens, Jean-Henry Céant a déjà rencontré plusieurs responsables d’organisations politiques comme le RDNP, la Fusion et l’OPL.

Ces rencontres, loin de convaincre les leaders politiques à venir dialoguer avec le chef de l’Etat a eu l’effet inverse. La Fusion et l’OPL qui, jusqu’ici étaient dans l’opposition modérée, basculent dans l’opposition radicale. Ces partis politiques exigent maintenant la démission de Jovenel Moïse.

Ce 7 février 2019, le chef de l’Etat devait aussi fêter ses deux ans au pouvoir. Pour Jude Charles Faustin, c’est aussi à cause des mouvements de protestations de ce 7 février que le président de la République n’a pas marqué ses deux ans au pouvoir.

L’urgence économique déclarée et les mesures de redressement économique annoncées par le gouvernement n’ont pas suffi pour faire baisser la tension au sein de la population qui dénonce la chute vertigineuse de la gourde par rapport au dollar et la hausse continue des prix des produits de première nécessité. Plus de trois jours après le Conseil des ministres présidé par le chef de l’Etat et le Premier ministre sur les mesures d’austérité, rien n’a (encore) changé dans les indicateurs macroéconomiques, même pas dans le taux de change.

Robenson Geffrard source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 3 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 4 mois ago