Joseph Lambert et Ricard Pierre à couteaux tirés

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
8327 views
Time to
read
1’

Joseph Lambert

Le grand déballage a d’abord eu lieu dans la matinale de Magik9 avant de s’étendre au Bicentenaire. Le président du Sénat a chargé son collègue Ricard Pierre qui, selon lui, a souhaité que la population s’en prenne au Parlement, le réduise en cendres. Et l’accusé d’y répondre, non sans colère. « Demandez-moi qui loue une maison à hauteur de huit millions de gourdes l’an aux frais du Sénat de la République », assène en retour, sans ambages, Ricard Pierre. Tout y est pour une guerre ouverte entre les deux hommes du Sud-Est.

Le président du Sénat, dans sa conférence de presse aussitôt convoquée, documents à l’appui, dont le contrat de location, a expliqué les raisons de la location d’une « résidence officielle pour le deuxième personnage de la République ». Joseph Lambert, contrairement à la révélation de huit millions de gourdes faite par Ricard Pierre, accusé lui d’avoir « dérobé au Sénat un groupe électrogène », parle plutôt de la « location d’un immeuble, meublé, à hauteur de sept millions deux cent quatre-vingt mille gourdes [taxes inclues] l’an.

Le premier des sages soutient que tout a été fait dans le respect des procédures administratives. « Le contrat est signé par le questeur, approuvé par le président de l’Assemblée nationale et la Cour des comptes », enchaîne Joseph Lambert, entouré de son vice-président Pierre François Sildor et du président de la majorité présidentielle, Kédelaire Augustin. « C’est la résidence officielle du président de l’Assemblée nationale. C’est juste une question de prestige, comme d’ailleurs la République paie des résidences officielles pour le chef de l’Etat, le Premier ministre et le directeur général de la Police nationale », illustre l’élu du Sud-Est.

Le président du Sénat a expliqué que son collègue Carl Murat Cantave, lors de la conférence des présidents qui avait décidé de la location de cette maison, a même évoqué un cortège avec plusieurs véhicules et motocyclettes. Mais Joseph Lambert a refusé. Il a même avoué que c’est lui qui conduit son « seul véhicule ». « Je suis un homme simple », renchérit-il, soulignant que l’argent [ti kòb pwason an] accordé aux élus à chaque fête des Pâque est enlevé du prochain budget.

Le parlementaire a au passage dénoncé l’ « attitude cynique de certains sénateurs qui, en fin de mandat, veulent à tout prix qu’on reparte de zéro ». Sur le ton d’une mise en garde, Joseph Lambert menace de passer à l’action pour récupérer la génératrice que son collègue du Sud-Est aurait dérobée. « Des mesures administratives seront prises pour que tous les biens du Sénat lui soient remis », gronde Joseph Lambert, dans son bureau. Et d’ajouter : « « Si Ricard Pierre est inconfortable dans l’institution, il peut démissionner. Mais je ne lui demande pas ça. »

Juno Jean Baptiste Source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 7 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago