Jean Michel Lapin attend le verdict du parlement

Publié
2 mois ago
Dernière mise à jour
2 mois ago
2516 views
Time to
read
2’

Jean Michel Lapin à sa sortie de la chambre des députés (Archives)

L’argument avancé par le secrétaire général du Conseil des ministres Reynald Lubérice pour justifier son appel à la démission du premier ministre nommé ne tient pas la route, selon le concerné. Sur plusieurs stations de radio dont Magik 9, le secrétaire général du Conseil des ministres avait invité le premier ministre nommé Jean Michel Lapin à donner sa démission pour n’avoir pas su dégager une majorité favorable à la ratification de l’énoncé de sa politique générale au parlement, en vue de débloquer la situation et laisser libre champ au président de la République dans la formation d’un gouvernement de consensus.

« Aucun premier ministre n’a jamais eu cette chance de pouvoir dégager une majorité favorable à la ratification de sa politique générale au parlement », fait remarquer Jean Michel Lapin. Seuls les présidents, a-t-il souligné, disposent de cette marge de manœuvre.

Jean Michel Lapin dont le vote de l’énoncé de la politique générale a été boycotté à trois reprises laisse entendre que cet état de fait serait dû à des contraintes politiques liées au fonctionnement du parlement lui-même et non à des contraintes techniques. « Est-ce la loi de la minorité et non celle de la majorité qui doit primer au parlement ?», s’interroge le premier ministre nommé.  

La déclaration de Reynald Lubérice  n’engage que lui-même. « On ne peut pas réduire le fonctionnement du palais national à un citoyen », affirme M. Lapin qui souligne que la possibilité de sa démission n’a jamais été évoquée dans ses conversations avec le président de la République avec qui, il dit entretenir une très bonne collaboration. « Nous avons une collaboration sincère que je dirais à 100% », dit-il.  

Jean Michel Lapin ira jusqu’au bout. « Monsieur Luberice doit prendre un peu de patience. Il doit attendre, tel que le veut la constitution, que démocratiquement le parlement sanctionne positivement ou négativement l’énoncé de ma politique générale », a-t-il suppuré. Pour le moment, celui qui est aussi ministre de la Culture et de la Communication attend une quatrième invitation du parlement haïtien. «Nous serons disponibles pour répondre à l’invitation du sénat à chaque fois », a-t-il fait savoir, comme pour narguer Reynald Lubérice.  

La présence des ministres de Jean Henry Céant et particulièrement celle de l’ancien ministre de la Justice et de la Sécurité publique Jean Roudy Aly au sein du gouvernement de Jean Michel Lapin a été l’une des points paralysant le vote de l’énoncé de sa politique générale. « La modification du gouvernement est dans l’ordre des choses.  Nous pouvons nous adapter à la réalité et nous conformer par rapport à tout ce qui se dit », a confié Jean Michel qui a quand même pris la défense de Jean Roudy Aly qu’il a présenté comme un bon technicien.

Le conseil supérieur du pouvoir judiciaire avait jugé illégale et anticonstitutionnelle la décision du ministre de la Justice et de la Sécurité publique Jean Roudy Aly de transférer vers les Etats bien avant qu’ils soient jugés  les mercenaires étrangers rentrés illégalement dans le pays et qui ont été arrêtés avec des armes lourdes en février dernier.   

Danio Darius source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 3 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 4 mois ago