« Je vais prendre le contrôle de la situation… », annonce Gary Bodeau

Publié
2 mois ago
Dernière mise à jour
2 mois ago
3791 views
Time to
read
2’

Hon Gary Bodeau

Parce que le président de la République n’arrive pas à former son gouvernement et que la situation socioéconomique du pays se dégrade de jour en jour et enfonce davantage la population dans la précarité, le président de la Chambre des députés annonce que d’ici ce mardi 7 mai il va prendre le contrôle de la situation. Gary Bodeau entend doter le pays d’un gouvernement et faciliter le déblocage de l’aide internationale dont le pays a cruellement besoin…

« Dès ce mardi, je vais prendre le contrôle de la situation », a lancé le président de la Chambre des députés dans une interview accordée lundi au Nouvelliste. Pour Gary Bodeau, si la Chambre des députés doit renvoyer le Premier ministre nommé, il le fera pour doter le pays d’un gouvernement d’ici ce week-end.  Le parlementaire a laissé comprendre que, dès ce mardi, la Chambre basse formera une commission pour analyser les documents du Premier ministre nommé et que ce dernier peut être invité tout juste après pour venir faire l’énoncé de sa politique générale.

Parce que Jean-Michel Lapin a été déjà ministre de la Culture et de la Communication, Gary Bodeau estime que le Parlement a déjà étudié ses pièces. Toutefois, a-t-il nuancé, si le Premier ministre nommé a déposé de nouvelles pièces, elles seront analysées.

En revanche, le président de la Chambre des députés comprend mal le fait que le chef de l’État cherche à former un gouvernement sans contacter des éléments clés à la Chambre basse. « Au niveau de la Chambre des députés, nous n’avons pas été contactés sur la formation du gouvernement », a-t-il critiqué.

Pour Gary Bodeau, il devait être d’abord informé de la formation du gouvernement afin qu’il puisse à son tour informer les présidents des différents blocs de la composition du cabinet ministériel. Le chef de l’État ne devrait pas former le gouvernement en « catimini » sans informer le Parlement qui est un acteur dans le processus, a-t-il dénoncé.

L’élu de Delmas a rappelé que les discussions entre le chef de l’État et huit organisations politiques sur la formation du gouvernement n’ont pas donné de résultats concluants. Toutefois, le président de la Chambre des députés ne comprend pas comment Jovenel Moïse peut chercher à résoudre la crise dans un accord avec huit partis politiques dont la plupart n’ont aucun élu ni au Parlement ni nulle part.

Le parlementaire a rappelé que le Fonds monétaire international (FMI) attend la formation du gouvernement et le vote d’un budget pour commencer à débloquer les fonds promis à Haïti.

Face à la dégringolade de la gourde par rapport au dollar, le président de la Chambre des députés a fait savoir que d’octobre 2018 à aujourd’hui la banque centrale a déjà mis 100 millions de dollars sur le marché local, mais cela n’a pas suffi à stopper la dépréciation vertigineuse de la gourde. Le parlementaire estime que si d’ici la semaine prochaine il n’y a pas un gouvernement en place et fonctionnel, cela aura beaucoup de répercussions sur l’économie du pays.

Au Sénat, bien que le Premier ministre nommé et son cabinet y soient attendus jeudi, rien n’est encore certain. Jean-Michel Lapin devait soumettre lundi la liste des membres du gouvernement. « Nous n’avons pas encore la composition du gouvernement », a confié au Nouvelliste le sénateur Jacques Sauveur Jean ce lundi à l’issue de la conférence des présidents.

Pour le sénateur Jacques Sauveur Jean, membre du bloc des Parlementaires pour la défense de la démocratie, la présentation de l’énoncé de politique générale du Premier ministre nommé annoncée pour le jeudi de cette semaine n’est pas encore certaine.

Des sénateurs proches du pouvoir en place ont affirmé qu’ils n’avaient pas encore été contactés sur la formation du gouvernement. Pour le moment, aucun sénateur ni aucun bloc au Sénat ne souhaitent se prononcer sur les chances du Premier ministre nommé de passer l’étape au grand Corps.

Le Nouvelliste a appris que jusqu’à hier le chef de l’Etat cherchait encore à convaincre des partis politiques et des personnalités à intégrer le nouveau gouvernement.

Robenson Geffrard Source Le Nouvelliste

 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 2 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 2 mois ago