Guerre ouverte entre le MENFP et la Maison Henri Deschamps

Publié
1 semaine ago
Dernière mise à jour
1 semaine ago
4199 views
Time to
read
5’

Histoire d'Haiti Henri Deschamps

Le torchon brûle entre Pierre Josué Agénor Cadet, titulaire du ministère de l’Éducation nationale, et Peter Frisch, directeur de la Maison Henri Deschamps. À l’origine de cette passe d’armes, la nébuleuse de la subvention des ouvrages scolaires. D’une part, le responsable de la Maison Deschamps déplore qu’aucun contrat ne soit encore signé avec le MENFP qui entend subventionner seulement 16 ouvrages produits par cette entreprise. D’un autre côté, Pierre Agénor Cadet accuse la Maison Henri Deschamps de vouloir monopoliser le marché.

Joint par téléphone, le ministre accuse Peter Frisch de répéter le même scénario chaque année. Selon lui, la Maison Henri Deschamps a augmenté le prix des ouvrages de plus de 135%. « Nous avons d’abord signé un contrat de gré à gré avec Deschamps sur la dotation depuis avril. En arrivant au ministère, j’avais effectué une enquête sur les ouvrages les plus utilisés dans les écoles sur tout le territoire national. Concernant la subvention des manuels scolaires, nous avons lancé un appel d’offres à l’intention de plusieurs maisons d’édition. La Maison Henri Deschamps a décidé de doubler le prix de ses ouvrages. Nous avons préparé le contrat de subvention suivant ces nouveaux tarifs. Cependant, la Commission nationale de passation des marchés (CNMP) a fait un arbitrage et a retourné le contrat en exigeant un autre tableau. Avec l’augmentation du prix des manuels, nous avions estimé que le montant alloué aux subventions ne nous permettrait pas d’acquérir la quantité d’ouvrages souhaitée. Nous avons envoyé les recommandations du CNMP à la Maison Deschamps en diminuant la quantité d’ouvrages souhaitée. La Maison Deschamps nous a envoyé un nouveau contrat en augmentant encore le montant des ouvrages à 35%. Donc une augmentation totale de 135%. J’ai refusé ce chantage et j’ai envoyé un contrat au CNMP avec le prix sur lequel nous nous étions préalablement mis d’accord. Toutes les autres maisons d’édition ont paraphé leur contrat à l’exception de la maison Deschamps. Peter Frisch a refusé de signer le contrat et a fixé deux conditions : une augmentation du prix des manuels et un délai de 20 jours pour la livraison », révèle-t-il. 

Pierre Agénor Cadet dénonce le fait que la Maison Deschamps a déjà vendu tous ses manuels depuis juin. « Après avoir tout vendu, elle vient nous dire que les ouvrages qu’elle produira pour nous ne seront prêts que dans 20 jours. Avec cette échéance, nous serons déjà en octobre. Contrairement à Deschamps, les autres éditeurs, une fois qu’ils trouvent une entente avec nous, impriment leurs ouvrages et nous attendent. Leurs manuels seront mis sur le marché quand le ministère a fini de payer les deux premières tranches (20 % + 60%) », fait-il savoir. 

Le ministre de l’Éducation nationale accuse plus loin Deschamps de vouloir monopoliser les subventions des manuels scolaires. « Nous avons décidé de lancer un appel d’offres pour subventionner les ouvrages. Cette année, j’ai tout fait pour que tout soit prêt à temps. Nous avons commencé la signature des contrats dès le mois d’avril. Peter Frisch trouve toujours un subterfuge pour retarder le processus. Une fois, il évoque des problèmes de santé ; une autre fois il veut modifier des clauses du contrat. J’ai dit que cela ne peut pas fonctionner ainsi. Je représente l’Etat et c’est l’Etat qui décide. Si dans le temps, il pouvait faire comme bon lui semble, avec moi c’est différent », a fait savoir le ministre. Dans des documents que le MENFP a partagé avec le journal, il est indiqué que plus de cinq maisons d’édition ont obtenu des contrats de subvention cette année. Il s’agit des entreprises Deschamps-Frisch SA, Éditions Kopivit l’action sociale, Éditions C3 Group SA, Éditions livrets méthodistes, et Édition Toussaint. 

Dans un document publié ce jeudi en début d’après-midi, la Maison Henri Deschamps a protesté contre les déclarations du ministre Cadet sur les ondes de la radio Caraïbes FM. Des propos que cette dernière qualifie de diffamatoires. Dans ce document, la Maison Henri Deschamps a publié le calendrier de mise en place des programmes de subvention et de dotation pour la rentrée des classes 2019. Ce calendrier concerne la dotation de gré à gré, la dotation par procédure d’appel d’offres et la subvention des manuels scolaires. Concernant la subvention on peut lire ce qui suit : « Le 15 mars 2019, lancement de la procédure d’appel d’offres par le MENFP. Le 15 avril 2019, remise au MENFP de l’offre de la Maison Henri Deschamps pour 27 lots de manuels scolaires, avec délai de validité de 90 jours à échoir le 15 juillet 2019, conformément aux exigences du Document d’appel d’offres (DAO).

Le 29 août 2019, réception par la Maison Henri Deschamps de la lettre du ministre informant que l’entreprise avait remporté 10 lots. Toutefois, du fait des limitations budgétaires imposées par le ministère de l’Économie et des Finances (MEF), il lui était attribué 5 lots consistant en 16 titres pour un total de 354 000 manuels. À la même date, réception par courrier électronique du projet de contrat de subvention avec les prix de la soumission du 15 avril 2019.»

Le 2 septembre 2019, lettre de la Maison Henri Deschamps informant le ministre Cadet que les prix ayant changé depuis le 1er juin 2019, il fallait à présent les prendre en compte, vu que l’offre du 15 avril 2019 était échue depuis le 15 juillet 2019.» De plus, du fait de la vente des manuels scolaires depuis le mois de juillet, les stocks préparés pour la rentrée des classes étaient bien entamés. Il a été proposé au ministre deux options au choix, la deuxième avec pour objectif de mettre en vente les manuels subventionnés dès réception du contrat et que les obligations respectives seraient remplies. La Maison Henri Deschamps attend toujours la décision du ministre afin de finaliser le contrat pour sa signature.

Les 7 mai, 23 juillet et 19 août, la Maison Henri Deschamps avait écrit au ministre Cadet pour l’alerter de la nécessité que les résultats des appels d’offres soient rendus le plus tôt possible et des retards de plus en plus sérieux constatés dans l’attribution des lots. Comme l’indiquent les différentes correspondances, la Maison Henri Deschamps n’a nullement le désir de bloquer la subvention ni ne refuse de signer les contrats comme l’a laissé entendre le ministre Cadet. Bien au contraire, il a été proposé une alternative permettant de passer à exécution dans le meilleur délai », peut-on lire dans ce document.

La Maison Henri Deschamps prend le contrepied des déclarations du ministre affirmant la Maison Henri Deschamps avait doublé ces prix entre l’an dernier à cette année. « Cette affirmation est fausse. Comme le présente le tableau comparatif d’août 2018 et août 2019, les prix des manuels en gourdes ont en effet connu une hausse mais variant entre 15% et 38% et non pas de 100%. Aux taux de change de 70,50 gdes pour $1 en août 2018 et de 94,15 gdes pour $1 en août 2019, les prix en équivalent dollars des livres de la Maison Henri Deschamps ont même diminué dans la très grande majorité.» Ceci est le fait que, consciente de la situation économique difficile des familles, leurs difficultés à faire face aux coûts de la rentrée des classes, la Maison Henri Deschamps a effectué un ajustement des prix inférieurs à ceux qu’ils devraient être. « La Maison Henri Deschamps subit les effets de l’inflation galopante et de la forte dévaluation de la gourde comme tous les autres secteurs de l’économie nationale. Elle n’en est pas responsable. Les intérêts appliqués par les banques sont passés de 13 % à 24% », explique l’entreprise. Sur la question du monopole évoquée par le ministre Cadet, la direction souligne « qu’il n’a jamais été attribué à la Maison Henri Deschamps de monopole des manuels scolaires par quiconque ».

Jean Daniel Senat Source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 4 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 4 mois ago