Gary Bodeau presse Jovenel Moïse d’accélérer le processus

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
3267 views
Time to
read
2’

Gary Bodeau

Trois semaines après la démission de Jack Guy Lafontant, le président de la République, Jovenel Moïse, n’a pas encore désigné son remplaçant. Une source proche de la présidence avait indiqué au journal vendredi dernier que le chef de l’Etat devrait communiquer son choix ce mardi. « Il y a une courte liste établie. Pour le moment, on fait les vérifications administratives pour voir si chaque candidat répond aux critères exigés par la Constitution », avait confié cette source au journal.

Entre-temps, le président de la Chambre des députés, Gary Bodeau, a exhorté le président d’accélérer le processus de désignation. Le Premier des Députés a adressé une correspondance en ce sens au premier mandataire de la nation. « Tout retard dans la mise en place d’une nouvelle équipe gouvernementale ne peut se solder que par un approfondissement des frustrations et l’exacerbation des acrimonies sociales et politiques, dangereuses pour la stabilité. La communauté nationale tout entière languit depuis trois (3) semaines dans l’expectative anxieuse du dénouement de cette crise qui n’a que trop durer », a écrit Gary Bodeau.

Dans cette lettre dont le journal a obtenu copie, l’élu de Delmas estime qu’après 3 semaines, l’attente a atteint les limites de la patience. « Aussi, en ma qualité de Président de la Chambre des Députés, co-dépositaire de la Souveraineté nationale,Monsieur le Président,voudrais-je vous suggérer patriotiquement d’accélérer le processus de désignation du choix d’un Premier ministre et de mise en place d’un gouvernement afin de régénérer l’espoir et de ramener la sérénité et la paix durable dans nos rues », suggère-t-il.

Sur Magik9 lundi, le président Bodeau a souligné que sa lettre n’est pas une forme de pression au président de la République. « L’exécutif et le pouvoir législatif sont des partenaires. Au Parlement nous suivons de près la conjoncture. Il existe des foyers de tension. Il est urgent de nommer un chef de gouvernement. Notre correspondance libère le président. Elle signifie qu’à la Chambre des députés nous ne sommes pas dans les combines pour désigner le nouveau PM. Le chef de l’Etat a la liberté de choisir qui il veut, pourvu que celui-ci respecte les critères constitutionnels », a-t-il souligné.

Dans la même veine, Gary Bodeau dénonce les tractations, ceux qui soufflent des noms au président Moïse. Selon lui, ces actions ne font que retarder le processus de désignation. « J’ai parlé avec beaucoup de parlementaires. Tout ce que je peux dire c’est qu’il y a une majorité qui entend observer et permettre d'avoir au président les coudées franches pour choisir son PM », a-t-il expliqué.

Sur la courte liste de prétendants au poste qui circule dans les couloirs, Gary Bodeau a été tranchant . « Pour le moment il n'y a pas de short-list de possible Premier ministre. Toutes les listes qui circulent ne sont que des listes. Tout le monde peut faire sa propre liste », a-t-il dit, s’abstenant de faire des commentaires sur le profil du prochain patron de la Primature.

En demandant à Jovenel Moïse d’accélérer le processus, Gary Bodeau pense-t-il que le président a failli à son devoir ? Non, croit le député. « Peut-être que la lecture du président sur la situation est différente de la mienne. Nous sommes deux partenaires et nous souhaitons tous le bonheur du pays », avance-t-il. Le président de la Chambre des députés a souligné qu’il attend l’appel du président de la République pour poursuivre les consultations autour du choix du nouveau chef du gouvernement. Il a justifié cette urgence par la situation du pays, la prochaine réouverture des classes, l’anxiété de la population et de certains investisseurs.

Jean Daniel Sénat Source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 11 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 11 mois ago