«Espérez contre toute espérance»

Publié
2 mois ago
Dernière mise à jour
2 mois ago
3685 views
Time to
read
2’

Le 25e Congrès national du Renouveau charismatique - Image Agape Media Plus -Facebook

Le 25e Congrès national du Renouveau charismatique s’est tenu les 26, 27 et 28 avril derniers au Centre de prière de Tabarre sur le thème « Espérez contre toute espérance ». Les dizaines de milliers de pèlerins qui ont fait le déplacement ont eu droit au même menu des précédents congrès : conférences, confession, adoration, récitation du chapelet et célébrations eucharistiques. Mais cette année, les prélats n’ont pas tourné autour du pot pour déplorer, critiquer et responsabiliser tous les gens qui sont responsables de nos malheurs.

La prédication du révérend Père Réginald Jean-Mary, curé fondateur de la paroisse Notre-Dame à Miami, a sonné comme une bombe. Alors que le thème du congrès invite à l’espérance, le curé enseigne qu’espérer dans un pays où aucune condition de vie n’est réunie paraît impossible. Sur ce point, un chrétien ne doit pas se mentir même quand il prie. « L’espérance n’est pas un mystère mais un programme de vie.  L’espérance n’existe pas dans la misère, l’insécurité, l’insalubrité », a expliqué le père.

Selon le père Jean-Mary, il y a une crise d’espérance dans ce pays. « Un État qui ne transmet pas l’espérance, qui ne fait pas germer l’espérance est un État caduc, un État sans colonne vertébrale, un État vaut rien, un État photocopie. Mensi se prezidan, senatè, depite, direktè, yo tout se voum, yo pa kanpe sou anyen », a fustigé le curé.

Dans son viseur, l’Église n’était pas en reste. Pour le père Jean-Mary, « espérer dans le Seigneur n’est pas un appel à la résignation, ni à la soumission, encore moins à la démission mais plutôt un appel à l’action. . « La responsabilité de l’Église n’est pas seulement de dénoncer mais d’annoncer un programme d’action pastorale concrète. L’Église ne peut continuer ainsi. La Conférence épiscopale de ce pays a aussi pour mission de créer les moyens permettant aux fidèles, aux chrétiens de trouver un moyen de vivre.

« Une église qui n’inspire pas la joie ne respire pas dans la joie. C’est une église de contre-témoignage. Un chrétien qui n’a pas d’espérance c’est un chrétien qui existe mais qui n’a pas la vie », a-t-il ajouté.

Pour sa part, l’archevêque métropolitain du Cap-Haïtien a lancé un appel à la révolte. « En ce temps pascal, dans ce contexte où l’on ne parle que des gangs armés, d’affrontement, d’assassinat, il est plus nécessaire de dire : peuple haïtien reveillons-nous.  La Conférence épiscopale n’a de cesse de nous dire de laisser la lumière du Christ briller sur le pays, éclairer les consciences et habiter dans nos cœurs », a prêché Mgr Launey Saturné.

« Lapè se pa chita ap distribye zam pou simen ensekirite pou fè moun batay pou ou pou fè moun pè, pou vivan laperèz. Ou pap jwenn kè poze nan simaye lanmò nan fè zòn yo tounen zòn de non dwa », a-t-il ajouté, exhortant le peuple haïtien à laisser Dieu illuminer sa conscience.

Quand la conscience est plongée dans les ténèbres, la société est plongée dans les ténèbres. Et dès lors tout peut être constaté au niveau de la société. Les indices ne sont d’autres que l’insécurité, le contraire de la paix, l’injustice, le contraire de la justice, le mensonge, le contraire de la vérité et la corruption, le contraire de la vertu », a-t-il dit, expliquant quand Jésus n’est pas notre guide, nous sommes incapables de prendre le chemin du développement intégral. Nous sommes incapables de nous immerger comme nation.

Edrid St Juste Source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 2 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 2 mois ago