Double cinquantième anniversaire pour le CONATEL

Publié
2 mois ago
Dernière mise à jour
1 mois ago
2157 views
Time to
read
2’

David Rodney

La commémoration de la 50e Journée mondiale des télécommunications et de la société de l’information a cette particularité de coïncider avec les 50 ans d’existence du Conseil national des télécommunications. Pour marquer cette première célébration, le vendredi 17 mai, le directeur général du Conatel Jean David Rodney s’est entretenu avec la presse autour du thème retenu cette année par l’Organisation des Nations unies (ONU) « Réduire l’écart en matière de normalisation ». L’occasion pour le DG de cette institution d’annoncer la couleur pour ce 50e anniversaire prévu en septembre prochain et de déclarer que le contrat de concession pour l’exploitation 4Glte est bientôt fin prêt.

Mise en place du secrétariat de la normalisation, lancement de l’étude de faisabilité d’un projet de national de technologie, conférence-débat sur la normalisation, ateliers de travail sur les divers sous- thèmes de la normalisation, conférences dans les universités, publication du livre blanc de la normalisation, signature du protocole d’accord avec des groupes ou association de médias … sont autant d’activités programmées pour le reste de cette année cinquantenaire. Ces activités seront organisées de concert avec les universités, associations professionnelles, (institutions publiques, operateurs, presse).  

Le DG Jean David Rodney se prononçant sur toute la portée du thème choisi qui, selon lui, se trouve en adéquation avec la mission du Conatel, en a profité pour annoncer que d’ici la fin du mois de mai un contrat de concession pour l’exploitation de services de 4Glte sera signé avec les opérateurs mobiles qui se trouvent sur le terrain. Cet accord qui est une première en Haïti tient compte des intérêts de l’État et de ceux des investisseurs étrangers, assure le directeur. « L’histoire retiendra que c’est la première fois que par-delà d’une signature d’un contrat de concession des décisions d’État ont été enregistrées dans le secteur de la télécommunication », avance le directeur. En effet le gouvernement a clairement spécifié la durée et la nature de l’accord. De plus vu les montants de paiement de la concession, il a été établi une partie sera fixe et une autre variable. Ce qui représente un véritable acquis si l’on tient compte de la signature des derniers contrats de concession. Il y a 10 ans, on avait eu seulement a des coûts fixes échelonnés sur plusieurs années « L’État n’a eu droit à aucun montant sur les 7 milliards de dollars générés ces années dans le secteur » fait remarquer Jean David Rodney.   

Intervenant sur thème retenu, le directeur de l’Unité de laboratoire et de normalisation, Jean Robert Magloire, a fait remarquer qu’Haïti a des devoirs à mettre au propre avant de bien intégrer ce système de normalisation et de standardisation. La participation à l’élaboration, l’adoption, l’application et le respect des normes constituent de véritables défis. « La création d’un bureau haïtien de normalisation est un pas important dans la bonne direction », a -t-il souligné.

Jean Robert Magloire a par ailleurs indiqué que l’UIT a elle-même mis en place un processus pour expliquer comment bien intégrer la normalisation au même titre que les autres pays plus développés.

Il en a profité pour inviter les équipementiers haïtiens à se faire accompagner en matière de normalisation pour faciliter leur accès aux marchés internationaux tout en leur rappelant que la commercialisation de tout équipement sur le territoire national est sujet à une certification.

A noter qu'on entend par normalisation la mise en place de standards techniques et de protocoles qui permettent la communication entre des équipements issus de différents. Pour Jose Jean-Baptiste du Conatel, les enjeux de la normalisation sont d’abord techniques, économiques et géopolitiques. Et ce sont ces enjeux qui créent les écarts, précise le chef de cabinet. Certains pays nantis appuient leurs industriels et développent des standards qui sont adoptés contrairement à d’autres qui demeurent des pays consommateurs. Le parcours pour développer des technologies et de les faire adopter par l’UIT est très long. D où la nécessité de ce coup de projecteur sur la normalisation afin de secouer les autres pays  plus faibles à emboîter le pas. Reste à savoir si Haiti pourra y arriver quand on sait que l’UIT parle déjà de la 5G.    

Martine Isaac source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 2 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 3 mois ago