Divorce entre le sénateur Sorel Jacinthe et le président Jovenel Moïse

Publié
1 semaine ago
Dernière mise à jour
1 semaine ago
7320 views
Time to
read
2’

Le sénateur de la Grand'Anse Sorel Jacinthe

Le sénateur de la Grand'Anse Sorel Jacinthe a annoncé avec fracas avoir lâché le président Jovenel Moïse, jeudi, en marge d’une réunion de la commission Justice et Sécurité du Sénat avec le directeur général de la PNH, Michel-Ange Gédéon et le haut commandement sur l’aggravation de l’insécurité dans le pays. « Aujourd’hui, à partir des déclarations, des révélations du directeur de la PNH, je ne suis plus l’allié du président Jovenel... J’ai remarqué, à partir des déclarations de M. Gédéon, que nous sommes dans un pays où les dirigeants sont des gangters, des voleurs.

Ce ne sont pas des personnes qui dirigent le pays », a pesté le sénateur Sorel Jacinthe, soulignant regretter d’avoir appuyé Jovenel Moïse, même si c’est la population de son département qui le lui a demandé. La cause du divorce, 10 containers non contrôlés, interceptés par la police et remis à leurs propriétaires sans que le Premier ministre Jean-Henry Céant, le commissaire du gouvernement et le président Jovenel Moïse, informés par Michel-Ange Gédéon, ne lèvent le petit doigt, a tempêté Sorel Jacinthe, qui dit ne pas savoir ce que transportaient ces containers.

« Ce qui est le plus drôle, des hommes qui sont des sénateurs comme moi, au moment de la discussion, se sont comportés comme s’ils étaient des avocats. Je ne sais pas ce qu’ils défendaient », a indiqué Sorel Jacinthe, remonté à cause du traitement de ce dossier alors qu’on prétend lutter contre la corruption. « Je vous dis mon indignation, je vous dis ma frustration, je vous dis ce que je comprends aujourd’hui, à partir de ces déclarations. L’État ne marche pas. C’est un État de gangs, c’est un État de complice. Il y a des gens qui parlent mais ils ne font pas vraiment le travail », a-t-il balancé.

Michel-Ange Gédéon parle d’interprétation et d’exploitation politiques de ses déclarations

« Il y a des déclarations que vous pouvez faire et suivant la sensibilité de celui qui l’écoute, il peut faire une interprétation ou une exploitation politique de ces déclarations. Mais nous, nous avons plus prôné la synergie qu’il doit y avoir entre les unités opérant au niveau des frontières. La police, la douane doivent travailler en synergie et je doute fort que le sénateur ait rapporté avec exactitude », a indiqué le directeur général de la PNH, Michel-Ange Gédéon.

« En janvier 2019, la PNH avait intercepté une dizaine de camions qui ont pas été contrôlés. Nous avions fait appel aux autorités pour venir effectuer le contrôle des camions. La lenteur a fait que les camions ont été remis. C’étaient des camions qui transportaient du ciment, du fer, ect. Ils ont été récupérés un peu plus tard……La justice a été informée et a décidé dix jours plus tard de remettre ces camions à leurs propriétaires », a-t-il expliqué, insistant sur la nécessité de la synergie entre la police et les douanes.

source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 2 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 3 mois ago